kimimila

Le musée du Nouveau Monde de La Rochelle prépare pour cet été, une exposition intitulée « Le scalp et le calumet ; Imaginer l’Indien en occident du 16e siècle à nos jours ». Une exposition dont le principal propos est de pointer du doigt (pour mieux dénoncer) les stéréotypes de l’Indien du 16e au 21e siècle.

Le long texte du catalogue de l'exposition s'aventure un moment sur les stéréotypes (toujours ce mot fourre-tout) en bande dessinée. Puisque c'est l'axe de l'exposition, l'auteur de l'article semble chercher « à tout prix » pourquoi et comment les auteurs de petits mickeys visages-pâles ont-ils une vision aussi caricaturale du peau-rouge.

Le texte de l’article, bien que passionnant et fort bien écrit, devient vite indigeste. A trop chercher systématiquement « l'erreur » dans une œuvre, on devient rapidement malveillant à l'égard de l'auteur. C'est hélas une démarche très « universitaire » : argumenter pour abonder coûte que coûte dans le sens de la problématique posée radicalement de manière subjective.
Quelle horreur...

Evidemment, ÉtuŋwAŋ n'échappe pas aux « attaques »... Et en substance, celà donne ceci : « Mes » Sioux seraient trisement désincarnés comme un mirage... La relation mystico-érotique entre Joseph et la jeune Indienne ne serait ici qu'un prétexte à éloigner encore plus l'homme blanc de la « réalité » indigène et mon propos d'auteur serait de perdre davantage Joseph dans sa tourmente afin de presque l'excuser du génocide dont il est acteur par procuration. Blablabla... C’est très violent pour un auteur d’être si mal lu. Ou lu de travers... Et de se voir récupéré pour servir un discours qui est l'inverse de son propos.

Cerise sur le pompon du gâteau, on me demande de céder gracieusement (contre la décision légitime de mon éditeur Futuropolis) les droits d'une image extraite d'ÉtuŋwAŋ pour illustrer la rétorique sûrement très éclairée de l'auteur de l'article pour ce catalogue d'exposition.

Eh bien, c'est non ! Les commentaires et les analyses sont libres, certes.
Mais il n'y aura pas d'image d'ÉtuŋwAŋ dans ce catalogue. (Voilà.)

Faut pas pousser mémé dans les cactus, non plus.