temple

D'un bout à l'autre du domaine, nul ne pouvait voir ni sentir la voix des âmes qui s'échappaient des ronces par temps de pluie. Le ciel n'était plus qu'une sépulture diaphane qui enveloppait le silence de ses épines.
Le cœur des amants de Cythère dormait pourtant ici. Quelque part entre la fureur des rochers et les caprices de la lune. Sur cet indigne caillou battu par les vents. Dans ce jardin dévasté, cerné par la colère des vagues.
Mais la nuit, les colonnes d'albâtre recouvertes d'écume se dressaient encore, ivres de désir et de blancheur éternelle.


– Dans mes carnets, mots en vrac, écrire des fragments de ronces, 
et puis regarder la pluie –
(rien à voir avec mon nouveau livre en cours)