printemps

Le bon peuple révolutionnaire, dans son immense désir de justice fraternelle, avait construit un monstrueux ruban d'asphalte à travers champs afin que tout le monde puisse vivre équitablement le printemps qui s'avance, dans une harmonieuse communion de masse.

Le petit rebelle, sans demander son dû, a pris la première sortie, pour rejoindre le chemin poudreux d'escampette. Ce bord de ruisseau vers son enfance toute étourdie. Loin de tout, il s'est mis nu. Et il a dansé la carmagnole avec les filles de Cadet Roussel.

 

– Dans mes carnets, mots en vrac, écrire des fragments d'echapée belle
et puis faire un bouquet de pensées sauvages –
(rien à voir avec mon nouveau livre en cours)