mercredi 29 mai 2019

Atelier (fragments d')

atelier

Se remettre au travail
dans un état 
proche de la prière.

Avec l'âme poreuse
d'un long poème
de marbre rose
et les mains
calleuses
de l'artisan.

La tige dressée
fière et fragile
comme une vieille
chanson rock
qui passe
à la radio.

Apprivoiser
les salamandres,
les oracles
et les tempêtes
dans les alcôves
de Némésis.

Et tout le reste
m'indiffère.

 

 

 

— Dans mes carnets / Écrire des fragments — 
(Dans mon atelier, rallumer l'obscure)

Posté par thierrymurat à 12:16 - Permalien [#]
mercredi 22 mai 2019

Évidence

vinyl-expo_bandeau

C'est un bien bel endroit...

Un très bel écrin en plein cœur du quartier des Chartrons
à Bordeaux.
Le quartier historique des antiquaires et du vin. 
Christophe, un vieux frère de collège des joyeuses années 80, a posé 
humblement dans ce lieu hors norme, son talent de coiffeur en 2011.

C'est ici que je dévoile pour deux mois, et pour la première fois,
quelques fragments d'intimité de mon travail de peinture. 

L'évidence du cœur et de l'amitié adolescente indéfectible, bien sûr... 
Et aussi la joie des retrouvailles pour un moment à partager avec
de nouveaux regards curieux,
loin du petit milieu morose des livres,
de la bande dessinée et des librairies. 

Pour un instant, reprendre mon souffle. 

 

 

— Vinyl Coiffeur / l'Atelier des Chartrons 
40, rue Notre Dame / Bordeaux 
20 mai - 13 juillet 2019 / Vernissage, jeudi 23 mai / 20h — 

(Sur la photo : Night Flight / Thierry Murat © 2019 / acrylique sur toile / 60 x 60 cm) 

Posté par thierrymurat à 09:59 - Permalien [#]
dimanche 19 mai 2019

Communiqué #2

cambrousse

L'AFPFGC (Association Française pour la Promotion du Fermage de Gueule des Citadins) demande expressément aux urbains cyber-connectés de ne plus se prononcer sur les réseaux sociaux à propos des sujets qui ne les concernent pas ; tel que la chasse aux bambis, la cueillette des champignons ensorcelés, les battues aux cochons sauvages, le danger des sorties en pédalo par temps de pluie, les couilles de taureaux à la vinaigrette espagnole, l'élevage intensif des poulets autistes ou la confiture d'escargots de bruyère...

« Ces rats des villes n'ont qu’à s'occuper de leur fesses molles, de leurs petits problèmes d'érection, de leurs trottinettes nucléaires, de leurs poubelles jaunes et vertes et des cacas de chiens sur leurs trottoirs. Merci. Bonsoir. », a déclaré hier soir Jean-Pierre Lebouc, le porte parole de l'AFPFGC.
Cette déclaration a immédiatement enflammé la toile et les commentaires n'ont pas tardé à se faire entendre haut et fort. « Parigots têtes de veaux, parigots collabos ! », aurait même twitté, ce matin, un gilet jaune de la Sarthe. « Les gueux, je vous lèche la queue... », a répondu très sereinement la responsable·e de l'agence conseil en communication d'influence de la mairie de Paris, qui n'a pas sa langue dans sa poche.




— C'était un communiqué d'Ici-Même-en-Temps-Réel. Merci de nous avoir suivis —

Posté par thierrymurat à 11:32 - Permalien [#]
jeudi 16 mai 2019

Question...

bluroad

Sommes-nous en présence consciente
d'un rêve de prophétie nervalienne
gisant sur les décombres
de ce siècle bossu et malade,
en quête ultime
d'une spiritualité low cost ? 

 

— Dans mes carnets / Écrire des fragments — 
(Dans mon Digital Revio, graver des vertiges)

Posté par thierrymurat à 11:06 - Permalien [#]
vendredi 10 mai 2019

Empreinte

Tannhauser

 

« J'ai vu tant de choses que vous, humains, ne pourriez pas croire ;
de grands navires en feu surgissant de l'épaule d'Orion...
J'ai vu des rayons fabuleux, des rayons C, briller dans l'ombre
de la Porte de Tannhäuser.

Tous ces moments se perdront dans l'oubli.
Comme... les larmes dans la pluie.

Il est temps de mourir. »

 


 Poème improvisé par l'acteur Rutger Hauer pour le monologue de son rôle
pendant le tournage
de la scène finale de Blade Runner / Ridley Scott, 1982 — 

(Peinture : Thierry Murat © 2019 / La Porte de Tannhäuser / monotype sur Velin d'Arches)

Posté par thierrymurat à 19:48 - Permalien [#]
mercredi 8 mai 2019

Chinoiseries parnassiennes

missEllen bicro

Miss Ellen, versez-moi le thé
Dans la belle tasse chinoise,
Où des poissons d'or cherchent noise
Au monstre rose épouvanté.

J'aime la folle cruauté
Des chimères qu'on apprivoise :
Miss Ellen, versez-moi le Thé
Dans la belle tasse chinoise.

Là, sous un ciel rouge irrité,
Une dame fière et sournoise
Montre en ses longs yeux de turquoise
L'extase et la naïveté :
Miss Ellen, versez-moi le Thé.

 

 

 

 « Le Thé », un poème (rondel) de Théodore de Banville / 1874 — 

(Peinture © Thierry Murat, 2019 / Miss Ellen is Dead / détail / 
acrylique et brou de noix sur toile de lin)

Posté par thierrymurat à 22:44 - Permalien [#]
mardi 7 mai 2019

Communiqué #1

décharge

L'AFPTSE (Association Française Pour le Tri Sélectif des Émotions) s'interroge : 
« Pourrait-on s'émouvoir davantage pour les pingouins qui pataugent sur la banquise en fusion lorsque qu'une cathédrale gothique est en feu ? Pourrait-on larmoyer de manière paritaire pour Samir qui peine à traverser la méditérranée en zodiac pendant que ma grand-mère galère avec son déambulateur inadapté à cause des normes européennes ? 
En somme, pourrait-on enfin, dans cette société, pleurnicher équitable ? » 

L'AFPTSE a déposé aujourd'hui une requête sommant Marc Zuckerberg d'apporter une solution durable et immédiate à cette exaction en mettant à disposition des internautes, toujours plus exigeants, une nouvelle série d'émoticônes ciblées permettant une forme inédite d'expression « d'émotions égalitaires » (sic). 

Sur les réseaux sociaux, on se questionne déjà sur le bilan carbone d'une telle opération. Et les réactions les plus diverses ne se sont pas fait attendre : 
« On s'en bat les couilles des émotions ! », aurait même twitté, ce matin, un gilet jaune très courageux...

 

 

— C'était un communiqué d'Ici-Même-en-Temps-Réel. Merci de nous avoir suivis —

Posté par thierrymurat à 11:00 - Permalien [#]