cambrousse

L'AFPFGC (Association Française pour la Promotion du Fermage de Gueule des Citadins) demande expressément aux urbains cyber-connectés de ne plus se prononcer sur les réseaux sociaux à propos des sujets qui ne les concernent pas ; tel que la chasse aux bambis, la cueillette des champignons ensorcelés, les battues aux cochons sauvages, le danger des sorties en pédalo par temps de pluie, les couilles de taureaux à la vinaigrette espagnole, l'élevage intensif des poulets autistes ou la confiture d'escargots de bruyère...

« Ces rats des villes n'ont qu’à s'occuper de leur fesses molles, de leurs petits problèmes d'érection, de leurs trottinettes nucléaires, de leurs poubelles jaunes et vertes et des cacas de chiens sur leurs trottoirs. Merci. Bonsoir. », a déclaré hier soir Jean-Pierre Lebouc, le porte parole de l'AFPFGC.
Cette déclaration a immédiatement enflammé la toile et les commentaires n'ont pas tardé à se faire entendre haut et fort. « Parigots têtes de veaux, parigots collabos ! », aurait même twitté, ce matin, un gilet jaune de la Sarthe. « Les gueux, je vous lèche la queue... », a répondu très sereinement la responsable·e de l'agence conseil en communication d'influence de la mairie de Paris, qui n'a pas sa langue dans sa poche.




— C'était un communiqué d'Ici-Même-en-Temps-Réel. Merci de nous avoir suivis —