mercredi 12 juin 2019

Comptine de saison

télétubies

Et gnan gnan gnan 
L'argent des méchants 

(Tous ensemble !) 

Et pouet pouet pouet 
Sauver la planète 

(Come on, everybody !) 

J'fais l'barbot 
Sur l'social réseau 

(All together now !) 

Et j'fais l'aumône 
Dans mon gilet jaune 

(One more time !) 

Et gnan gnan gnan 
L'argent des méchants 

(Ad libitum...) 





 

— Allez... Bonnes vacances, les télétubbies ! 
Moi, je m'éloigne un peu de l'eau croupie de l'étang et je me déconnecte
momentanément du brouhaha des grenouilles —

Posté par thierrymurat à 11:04 - Permalien [#]
mardi 11 juin 2019

Communiqué #4

spacehole

« Les résultats des dernières observations de la sonde spatiale Proktos ne laissent désormais plus la place au doute.
Le trou du cul de l'univers est bel et bien en expansion, lui aussi. Et il aspire l'âme de l'humanité dans une gigantesque sodomie intersidérale. Nous allons donc tous mourir en faisant jouir le cosmos par l'anus. Et ceci risque bien, hélas, de prendre plusieurs milliards d'années...
C'est terrifiant, mais c'est ainsi.
Bonsoir. »

C’est sur cette ultime annonce de la célèbre agence conseil en communication d’influence, Fuck’Off, que la totalité des réseaux sociaux se sont brusquement tus, hier au soir.

Un dernier tweet d’un gilet jaune s’est échappé du grand vide : « Tout ça, c’est la faute aux médias ! Macron, rend le pognon ! Tu l’as dans l’fion ! »

Et puis le silence.



— C'était le dernier communiqué d'Ici-Même-en-Temps-Réel.
Merci de nous avoir suivis —

Posté par thierrymurat à 10:31 - Permalien [#]
lundi 10 juin 2019

Amulettes

amulettes

Le poème, comme un loup, 
entre et sort de la forêt. 

Sans contaminer le réel, 
il en propose une expérience intègre ; 
des traces de pas dans la neige. 
C'est tout. 

Une empreinte protectrice 
et symbolique. 

Le sujet est l'objet de la représentation 
et du discours, au delà de la langue 
qui brinquebale la pensée. 

Les yeux brûlent la lumière.
La chair avale l'ombre.

L'esthétique est dans le sujet. 
Et donc, dans l'objet qui le représente. 
Nulle part ailleurs. 

Il en est de même pour la peinture. 




 — Dans mes carnets, notes en vrac 
(Peinture : Thierry Murat © 2019 / Amulettes / empreinte monotype sur Velin d'Arches)

Posté par thierrymurat à 18:19 - Permalien [#]
dimanche 9 juin 2019

Communiqué #3

marieantoinette

L'AFLPSS (Association Française pour la Lutte contre la Pénétration Sexuelle Systématique) lance un cri d'alarme : « Non, le coït n'est pas incontournable ! Il n'est qu'une funeste invention masculine qui sacralise l’instauration d’une relation inégalitaire comme modèle sociétal ! » (sic). 

Pénétrer, prendre, foutre, attraper, enfiler, enconner... ne seraient alors que des concepts archaïques et poussiéreux ? Dans notre soif de vérité, et d'information, nous sommes en droit de nous poser la question... Et pour atteindre l'orgasme féminin dans un extraordinaire élan progressiste, tous ces verbes désuets ne seraient-ils pas, finalement, à proscrire du langage et de l'acte sexuel de la race humaine du XXIème siècle ? 

« Le phalocentrisme étant au cœur du débat politique sur les réseaux sociaux depuis l'avalanche salutaire post-metoo, pourrait-on enfin, dans cette société sexiste, baiser équitable ?! », a déclaré très sobrement Thérèse Fion (porte·e parole·e de l'AFLPSS) lors de sa conférence de presse. 

En état de sidération avancée, les cyber-hurlements des internaute·e·s ne se sont pas fait attendre : « On t'encule, Thérèse ! », aurait même twitté, ce matin, un gilet jaune très exité... 

 


— C'était un communiqué d'Ici-Même-en-Temps-Réel. Merci de nous avoir suivis — 

Posté par thierrymurat à 14:08 - Permalien [#]
lundi 3 juin 2019

Atramentum

To be or not

Dans les récits immémoriaux, on raconte parfois que l'on aurait aperçu jadis, des peintres aller fouiller dans les tombeaux pour y chercher des ossements en vue de les calciner et de les broyer afin d'obtenir le plus intense, le plus puissant, le plus absolu et le plus profond des pigments ; l'Atramentum, dont nous parle Pline l'Ancien dans son Naturalis Historiæ.
Avec cette préparation soigneusement mélangée à de la gomme arabique, on pouvait alors exhumer – par vanité – la seule couleur qui soigne l'âme ; le noir.
La couleur des couleurs. La seule et unique qui – par combustion – détruit toutes les autres pour mieux les recréer. En somme, la phase première du grand œuvre que les alchimistes appelaient l'œuvre au noir ; la nigredo.

 

 

— Dans mes carnets, notes en vrac 
(Peinture © Thierry Murat, 2019 / To be or not / 50 x 50 cm /
acrylique et brou de noix sur toile de lin)

Posté par thierrymurat à 19:26 - Permalien [#]