éclipse

Le temps de l'effacement 
n'est jamais celui de la revanche. 

Il y a des silences 
qui ne sont pas synonymes 
de cautionnement ; 
ce mot symbolique 
à la mode symptomatique 
de l'époque enténébrée, 
victimaire et culpabilisatrice. 

Le bien et le mal érigés en trophées 
convoquent parfois des effacements 
nécessaires et indisciplinés 
dans ma discrète indifférence. 

Il y a alors, le temps intime de l'absence 
à l'écart du chaos avarié 
des émeutes et des amitiés flétries. 
Et puis il y a l'ennuie de la foule 
qui me pousse depuis toujours à fuir 
la sécurité confortable et mortifère, 
garantie par ce fantasme d'un état 
de providence sans lendemain. 

Mais heureusement,
il y a au fond de mes poches, 
l'avenir dématérialisé 
comme une nostalgie qui s'efface. 
Comme un abandon accidentel, 
salutaire et vivifiant. 

 

— Dans mes carnets, fragments — 
(Dans mon atelier, peindre du rien)