dimanche 31 janvier 2021

Archivage

étagères

Tous les deux jours, la race humaine crée désormais autant d’information que nous l’avions fait entre l’aube de la civilisation et l'an 2000. Cela représente un peu plus de cinq exaoctets de données par jour... Les espaces de stockage ne pouvant être indéfiniment en expansion comme l'Univers, qu'allons-nous archiver en priorité pour les générations post-humaines de demain ? La merde ou la poésie ? 


— Dans mes carnets, fragments de notes — 
(Sur les étagères de mon Digital Revio, homelandes) 

Posté par thierrymurat à 09:58 - Permalien [#]

lundi 25 janvier 2021

Believe...

americangods

La première idée forte du roman « American Gods » de Neil Gaiman, publié en 2001, est que si personne ne croit en toi tu n'existes plus. C'est l'angoisse existentielle la plus prégnante qui occupe l'esprit des anciens Dieux dans ce récit ; l'âme des croyances ancestrales qui, transportée par bateaux avec les migrants européens, finit échouée sur les terres du nouveau monde. Ils sont nombreux les anciens Dieux... À la dérive. Ils sont devenus américains mais ils sont obsolètes. 
C'est la deuxième idée forte du roman ; l'obsolescence... 
Les nouveaux Dieux, eux, sont nés avec la révolution industrielle. Ils n'existent que par l'obsolescence et grâce aux mises à jour perpétuellement orchestrées par un certain Monsieur Monde. Technical'Boy, dieu des nouvelles technologies de la communication au début du XXème siècle, deviendra Le Binaire au XXIème siècle ; un petit dieu de l'internet, psychopathe et adulescent. Média, une pseudo-divinité lookée comme une animatrice en noir et blanc de l'american TV des fifties, deviendra, dans la deuxième saison de la série, NéoMédia ; une bimbo asiatique hystérique et cruche comme un avatar de TikTokeuse. 
Friedrich Nietzsche avait annoncé la mort de Dieu. Carl Gustav Jung affirmait que les Dieux qui meurent renaissent en de nouvelles et multiples formes... Neil Gaiman n'annonce rien, n'affirme rien. Il raconte... « Dis-lui bien qu'on a reprogrammé cette réalité de merde. Que le langage est un virus, que la religion est un système d'exploitation et que les prières ne sont rien d'autre que du spam à la con ! » (chapitre 2, page 72). 

C'est brillant. Cruellement intelligent. Neil Gaiman dirige l'adaptation cinématographique de main de maître, profitant de ses visions prophétiques de 2001, écrites dans son roman, pour aller encore plus loin en 2020 avec la série. Cerise sur le gâteau ; la production se joue avec malice et ironie des codes imposés par l'époque et par les plateformes numériques de diffusion ; la désormais fameuse dictature de la diversité, des minorités sous-représentées, du genre, du sexe, du racialisme... etc. Tout cela, sans pouvoir être accusée de la moindre moquerie (ou de la moindre offense, comme on dit aujourd'hui) puisque la série utilise au pied de la lettre tous ces nouveaux codes en vigueur pour amplifier le propos de Neil Gaiman jusqu'à la caricature, tout en accompagnant la juste cause afro-américaine, sans grandiloquence mais avec une belle et lucide sincérité. Bref... Un pur régal. Le génie visionnaire à l'état brut. 


(Mise à jour du 3 février 2021) 
Seule ombre au tableau : la récente couille molle' attitude de la production qui efface purement et simplement le rôle de Marilyn Manson dans les épisodes de la saison 3, à la suite d'une plainte pour viol présumé. Dommage. C'était un beau personnage ce Johan ; star de métal gothique, disciple d'Odin... Mais n'oublions pas que nous sommes en Amérique. Et en Amérique, le petit dieu mesquin de la vindicte populaire lynche et efface les accusés avant même que la justice ait eu le temps de les juger... Comme si cette saloperie de cancel culture s'invitait sournoisement dans le scénario de la série afin de surligner la folie dystopique de ce pays et de cette époque merdique. CQFD ? 


— Dans mes carnets cinéphilosophistes, écrire des fragments — 

Posté par thierrymurat à 17:22 - Permalien [#]
lundi 18 janvier 2021

Souvenir 2.0

forest

Je regarde le monde
qui n'est plus désormais
qu'un gigantesque ensemble binaire
de petites bulles inclusives, 
ruminantes d'indignations connectées, 
enfermant les individus
dans l’isolement informationnel,

et je me souviens. 

Ici en morte saison,
de loin, je me souviens
de cet état de grâce qui portait jadis
l'humanité vers un éternel désir
de frémissements. 

 

— Dans mes carnets dessinés, écrire des fragments — 

Posté par thierrymurat à 07:39 - Permalien [#]
mercredi 13 janvier 2021

Digression (l’art de la)

piano_déglingué

Comme me disait, au siècle dernier, un très vieux professeur de philosophie de la musique ; il n'y a finalement pas beaucoup de demi-tons à parcourir pour arriver à la tierce, la quarte ou la quinte en partant de la fondamentale. La digression chromatique n'est pas un chemin de perdition. Loin de là. Elle permet souvent de retomber habilement et rapidement sur ses pieds dans le pur respect de l'harmonie de la phrase, qu'elle soit majeure ou mineure. Et puisque la musique est un langage, ceci est aussi valable pour la discussion. 


— Dans mes carnets, fragments —
(Photographie © Emma Theobald, 2014) 

Posté par thierrymurat à 10:10 - Permalien [#]
vendredi 8 janvier 2021

PhiloMoustache !

mustache

« Si nous n'avions pas approuvé les arts et inventé cette sorte de culte du non-vrai, la compréhension de l'universalité du non-vrai et du mensonge que nous procure maintenant la science – cette compréhension de l'illusion et de l'erreur comme conditions du monde intellectuel et sensible – ne serait absolument pas supportable. La probité aurait pour conséquence le dégoût et le suicide. Or, à notre probité, s'oppose une puissance contraire qui nous aide à échapper à de pareilles conséquences : l'art, en tant que consentement à l'illusion. » 


— Friedrich Nietzsche, 1882 / « Le Gai Savoir » §107. Notre dernière reconnaissance envers l'art — 
(Dans mes carnets, philotypographisme) 

Posté par thierrymurat à 20:02 - Permalien [#]
lundi 4 janvier 2021

Wandering

wanderer

Il y a plusieurs manières de régler son compte, une bonne fois pour toute, au temps qui passe.
L'errance accidentelle du regard en fait partie. Lorsque la vitre de l'habitacle en mouvement se double d'une paroi de verre tactile, l'antériorité se fige alors d'un simple coup de pouce. Et l'espace vagabond rejoint l'éternité immobile dans ces nomad's landes motorisées. 


— Dans mes carnets, écrire des fragments — 
(Dans l'iPhone8 de ma fille, du haut de ses onze ans, photographie on the road) 

Posté par thierrymurat à 09:52 - Permalien [#]
vendredi 1 janvier 2021

Bonne année...

voeux_2021

(... et la santé, surtout) 

Posté par thierrymurat à 00:13 - Permalien [#]