lundi 22 février 2021

Lyrisme

Lyre

Nérac, octobre 2018. Les Rencontres Chaland... 
Attablé en terrasse nocturne avec Jean-François Martin, je noie dans un whisky fraise mon bonheur d'être invité à cette grand messe de la bande dessinée, dans le temple de la Ligne Claire. Alors que mon regard flâne à droite à gauche... j'aperçois un type un peu dandy accoudé au bar en grande discussion avec Serge Clerc. Je demande à Jean-François, qui est ce gentleman ?... Qui ça ? Ah, Philippe ! Me répond-t-il comme une évidence. 
Fichtre ! Mon sang dilué au whisky fraise ne fait qu'un tour dans mes veines jugulaires ! Philippe... Serait-ce Phil Perfect en personne ?! Bonté divine !!! Où est Sam Bronx ?!? Bref... Serge Clerc s'éloigne du type. Arrive alors François Avril à l'arrière plan, près du zinc, avec une blague désopilante au bord des lèvres. Du moins je l'imagine... Car à cette distance, le volume sonore du bar de nuit ne me permet de discerner qu'un lointain mambo électro-chacha et le bruit des vagues sur la Baïse. Soudain, le type – le fameux Philippe – éclate de rire en posant sa main sur l'épaule de François Avril. La scène est graphiquement impeccable... jusqu'au légendaire fouetté de pinceau à la Jijé sur les plis de pantalons.
Philippe qui ? Dis-je, sortant de ma rêverie et faisant sursauter Jean-François Martin qui commençait à s'endormir, le nez dans son tilleul menthe. Philippe Cuny ! Me répond-t-il d'un air entendu. Il fait des lampes... Il est designer. Jean-François sort alors un stylo bille et retourne religieusement le ticket de caisse qui somnolait à côté du cendrier. Il se met à dessiner... Regarde, me dit-il, sa lampe est une véritable icône du design... La lampe Lyre ! Elle ressemble un peu à ça... Jean-François pose le stylo sur la table. Magnifique, non ? Me chuchote-t-il en souriant dans sa barbe. Viens, je te le présente... 

Mars 2020. Je me décide enfin à demander à Philippe, qui entre-temps est devenu un ami, la permission d’installer sa très élégante lampe Lyre dans le décor dessiné de mon livre en chantier ; Ne reste que l’Aube. 
Mars 2021. Dans un mois, le livre sort en librairies (commerces essentiels...). Je regarde le temps qui succède au temps. Et... tout est à sa juste place, comme les légendes... Et comme l'amitié. 


— Dans mes carnets, fragments — 

(Dessin de J.F. Martin, oct. 2018, collection particulière Philippe Cuny) 

Posté par thierrymurat à 16:37 - Permalien [#]

lundi 15 février 2021

Bonnes feuilles

bonnesfeuillles

Les feuilles test sont impeccables.
Le livre part incessamment sous presse. 
Bichromie ; Noir & Gris pantone 403.
Papier offset Oria Neutro, 130g. 
Un livre comme un nocturne. 
Intérieur nuit, 176 pages. 
Le blanc du papier pour la lumière, 
dans l’obscurité du récit. 

On y parle peinture, philosophie,
immortalité, Renaissance,
Cinquecento, et fin de 21ème siècle
en putride décomposition. 

On y respire les parfums 
à peine éclos dans la poussière. 
On y éprouve le goût du sang 
dans les premières lueurs de l’aube. 

En librairie le 7 avril… 

 

 — NE RESTE QUE L'AUBE © Thierry Murat / éditions Futuropolis — 
(Coming very soon, now...) 

Posté par thierrymurat à 11:32 - Permalien [#]
dimanche 7 février 2021

En librairie, le 7 avril !

NeResteQuel'Aube

Voilà un an, presque jour pour jour, que le monde s’est mis brutalement à l’arrêt en s’agitant dans tous les sens, dans une chorégraphie neurasthénique de gesticulations parfois grotesques, parfois pittoresques, souvent pathétiques et dérisoires. En ce qui me concerne, j’ai choisi l’indifférence et l’isolement absolu afin de préserver l’essentiel.
Je n'ai pas voulu faire semblant de jouer la contrition dans une performance online ou dans un journal de bord de « l'artiste-auteur confiné », comme il en pleuvait par centaines sur les réseaux sociaux à partir de ce mois de mars 2020, orchestrés par le dictat du culte de l'apparence, chaperonnés par l'indigence du crowdfunding et sublimés par l'addiction au marketing de soi-même. Cela fait plus de quinze ans que le confinement est mon quotidien, ma façon d'être au monde ; aucun intérêt d’en faire un scoop nombriliste ou un spectacle virtuel. C'est ainsi, dans l’éloignement, que je cultive depuis toujours mon plaisir d'offrir des récits dessinés sous forme de livres, uniquement quand le moment est venu et non quand l'émotion collective le réclame.
En février dernier je me mettais donc au travail, pour de vrai, comme un ermite pendant neuf mois, sans me soucier du reste... Durant cette absence au monde, j’ai fini d'écrire et me suis mis à dessiner un livre, commencé en 2019, qui sortira en librairie le 7 avril prochain. Certainement l'ouvrage le plus important pour moi depuis des lunes. Mon sixième livre de bande dessinée aux éditions Futuropolis. Un récit graphique de 176 pages qui parle d’immortalité et de peinture. Mais aussi – et surtout – de notre humanité de fourmilière, vue d’en haut ; c’est de là que l’on observe avec le plus d'acuité. Souvent... 


NE RESTE QUE L'AUBE © Thierry Murat / éditions Futuropolis — 

(En librairie, le 7 avril de l’an de grâce 2021) 

Posté par thierrymurat à 10:57 - Permalien [#]