vendredi 4 septembre 2020

FadeOut

friche

J'aime quand les jours 
raccourcissent. 
J'ai le sentiment 
que ça laisse davantage 
de temps au silence. 
Mais ce n'est qu'un leurre ;  
le silence se fout royalement 
des calendriers. 

J'entends gueuler dehors. 
Ils veulent encore qu'on les aime. 
J'ai pas envie. 

Le ramollissement 
de la courbure 
de l'espace-temps 
devrait nous permettre, 
en théorie, 
de voir plus loin que l'habitude ; 
ce qui est peut-être un progrès, 
finalement. 

Ne voir que les yeux 
sur les figures des figurants 
me suffit. 

La bouche est souvent plus sale 
qu'un trou du cul. 
Quant au nez, c'est l'idiot du visage. 

 

— Dans mes carnets, fragments — 
(Dans mon Digital Revio, Opensky) 

Posté par thierrymurat à 17:57 - Permalien [#]

jeudi 3 septembre 2020

Offre spéciale* (pour la rentrée)

bidon_5Litres

— Dans mes carnets, petits fragments nietzschéens — 
(* disponible en avant-première sur tous les meilleurs campus de sciences po) 

Posté par thierrymurat à 09:32 - Permalien [#]
mercredi 2 septembre 2020

Procès

charb

Cinq ans après, les cons ne sont plus Charlie. Et c'est « temps mieux »... Aujourd'hui, au delà du procès des fantômes des frères K, s'ouvre le procès de la lâcheté, celui de la petite France mesquine qui, du bout des lèvres, ose encore murmurer « oui, mais... ils l'ont bien cherché avec leurs vilains dessins... ». Aujourd'hui, s'ouvre le procès de ce pays de couards qui a réhabilité le péché de blasphème en rendant la satire et la raillerie suspectes et le rire illicite. Le procès de ce pays de tristes cons qui sacralise l'intolérance, la délation, le lynchage médiatique, la présomption de culpabilité, la vindicte populaire, la censure, l'importation US de la cancel culture... et qui a mis définitivement au pas – en seulement cinq ans – une société de libertés qui permettait de critiquer et de se moquer librement de tout ; de toutes les religions, de toutes les croyances, de toutes les idéologies, de tous les particularismes et de tous les mots en isme. Si les cons ont presque gagné, ça ne veut pas dire que Charlie a perdu. L'audience est ouverte, vous pouvez vous asseoir. Les survivants vont témoigner debout. 



— Dans mes carnets, fragments —
(Dessin de Charb, 9 novembre 2011 / Charlie Hebdo N°1012) 

Posté par thierrymurat à 08:46 - Permalien [#]
mardi 1 septembre 2020

rust&wood

rustwood

— Dans mon Digital Revio, fragments — 

Posté par thierrymurat à 08:42 - Permalien [#]
lundi 31 août 2020

Wild

wild

C'est avec le vent, 
avec la pluie, 
avec le bois sec stocké pour l'hiver, 
avec la soupe aux cailloux
qui ronronne sur le poêle 
à quatre pattes dans la boue, 
et avec les os de la forêt qui craquent
dans la brume du matin, 
qu'il faut défricher humblement 
nos forces naturelles instinctives 
et ancestrales. 

Loin des mirages d’adulescents bio-urbains
mal connectés à l'essentiel. 
Loin des colères névrotiques
des villes vertes de rage. 
Loin du jeunisme citadin en trotinette, 
et de ses slogans activistes 
formatés pour smartphones 
qui piétinent la ruralité originelle 
et immémoriale des anciens. 

Ma généalogie paysanne me chuchote 
que l’état sauvage est une certitude 
à chérir au fond de l’âme
en toute individuité. 

Fuck you, little city ​​rat. Im a survivor. 

 

— Dans mes carnets d'automne, écrire des fragments — 
(Dans mes carnets oubliés, dessin sauvage et inédit de 2016 © TM) 

Posté par thierrymurat à 09:29 - Permalien [#]

vendredi 28 août 2020

HomeLandes

chauxdevant

Rituel ultime ; 
Reblanchir à la chaux la tanière griffue 
Avant les premiers frimas en embuscade, 
S'acquitter de l'intime escapade 
Comme un été indien toujours à l'affût. 
Et embrasser la rime. 


— Dans mes carnets, écrire des fragments d'ici — 
(Dans mon Digital Revio, white light white heat) 

Posté par thierrymurat à 09:16 - Permalien [#]
mardi 25 août 2020

Darkness (my old friend)

mon loup

« Un pressentiment obscur nous avertit qu'ayant un corps, ce corps projette implacablement une ombre, et que si nous ne faisons pas entrer ce côté négatif de notre nature dans son ensemble, nous ne sommes pas complets ; si nous nions ce corps, nous ne sommes plus des êtres à trois dimensions, mais des êtres aplatis qui ont perdu leur essence. Or ce corps est un animal, avec une âme animale, c'est à dire un système vivant qui obéit de façon absolue à l'instinct. S'allier à cette force obscure, cela revient à accepter l'instinct. À vouloir détruire l'obscur, on détruit la forme de toute une personnalité. Sans ombre, une forme vivante n'est qu'un fantôme ou un mirage à deux dimensions, et dans le meilleur des cas, un enfant — plus ou moins bien élevé. 
Plus cette ombre est refoulée, isolée de la conscience, plus elle est noire et dense. Et moins elle pourra être corrigée ; constituant ainsi un danger latent, susceptible de surgir soudainement à tout instant. » 


— Carl Gustav Jung (1875-1961) —
(Dans mes carnets oubliés, dessin inédit de 2012 © TM) 

Posté par thierrymurat à 11:42 - Permalien [#]
dimanche 23 août 2020

Comme Rilke, je crois à la nuit

belles

— Dans mon Digital Revio, fragments — 

Posté par thierrymurat à 09:03 - Permalien [#]
mercredi 19 août 2020

Schizophrénia

foufous

C’est aussi vieux que le monde est vieux (et aussi vrai que les certitudes sont souvent fausses) : la schizophrénie de la vox populi transforme toujours le forum en barnum. Le joli mois de mars, avec son trouillomètre au taquet, s’indignait de la pénurie de masques et bramait contre les monarques incompétents, incapables, coupables, et irresponsables (sic). Et puis voilà le gentil 15 août, avec ses congés payés, qui se sent soudain pousser des ailes de rébellion paranoïaque anti-muselières-totalitaires (sic)... Par bonheur, dans sa verticalité pleine de sagesse, la figure christique marseillaise du saint-sauveur qui guérit les lépreux, apaise les braises de l’infamie. Et la divine lumière antisystème des rebelles réveille enfin le bétail dans sa furieuse et grégaire envie d’aller s’abreuver en terrasse. Nu sous son gilet fluo à l’heure de l’apéro, voici venir la vérité qui postillonne à visage découvert : la science, nom de Zeus ! Rouler une galoche à une vieille nymphomane en réanimation dans un ehpad ; lui arracher violemment son respirateur et braver le virus jaune, tel un Napoléon ignorant superbement la peste à Jaffa. Soyons impériaux et héroïques et ayons l'air du temps ! (Bordel de merde !) 

 

— Dans mes carnets, écrire des fragments hérétiques — 
(Jérôme Bosch, 1490 / « L'extraction de la Pierre de folie » (ou L'opération burlesque) / Huile sur bois, 48 x 35 cm / détail) 

Posté par thierrymurat à 12:25 - Permalien [#]
lundi 17 août 2020

Augurium

grabouillanim

— Dans mes carnets randomisés, fragments gribouillés scientifiquement — 

Posté par thierrymurat à 08:16 - Permalien [#]