mercredi 11 avril 2018

Et… Basta !

Je viens de brûler mon compte facebook sur l’autel de mes incertitudes.
Fini le fil d’actu quotidien qui trempe lamentablement dans le café du matin,
saturé de pleurnicheries, de cynisme, de marketing de soi
et de moralisme populiste.

Je ferme ces milliards de fenêtres, soi-disant prometteuses.
(Tu parles... Quelle arnaque !)

Et je ré-ouvre la mienne. Sur mon jardin. À moi.
Soudain, le bêlement amplifié du troupeau cesse instantanément.
Je n'entends plus qu’une seule voix.

Celle de Léo, au fond de mes tripes. Comme un rendez-vous essentiel.

« Quand j'emprunte des paradoxes, je les rends. Avec intérêts.
J'enrichis mes prêteurs qui deviennent alors plus intelligents.
Le taux usuraire de l'astuce n'est jamais assez élevé.
(...)
La solitude est une affaire d'ordinateur. Moi, je me perfore loin des imbéciles 
et du propos courant. On me hait. 
Je m'en fous. Je suis un autre mec. 
Voilà.
(...)
L'âme de certains individus m'empêchera toujours de croire tout à fait en Dieu.
(...)
Quand la merde déborde, c'est encore de la merde !
(…)
Les cartes, aujourd'hui, sont mêlées. Il n'y a plus rien qu'une certaine forme 
de dictature sentimentale qui vous arrange et qui vous endort 
pendant que les Autres veillent.
Vous êtes vraiment des cons et des malheureux.
(…)
Si tu es fou... Alors, viens dans mes bras. Je t'aime. »

 

– « Et… Basta ! » un album de Léo Ferré sorti en 1973.
39 minutes de poésie à l'état brut –

(images vidéo de Philippe Kastelnick / 2013)

Posté par thierrymurat à 14:50 - Permalien [#]
vendredi 6 avril 2018

J'suis qu'un effronté méchant loup

 

– 1970, Jacques Higelin chante « Nini » au goûter
avec Arthur H (4 ans) et Nicole Courtois (de dos) © Images d'archives de l'ina –

Posté par thierrymurat à 14:50 - Permalien [#]
vendredi 30 mars 2018

Je regarde mon audace...

maldoror

« Monsieur, Je vous envoie 2 exemplaires d'une brochure qui, pour des circonstances indépendantes de ma volonté, n'avait pas pu paraître au mois d'Août. Elle paraît maintenant chez deux libraires du boulevard, et je me suis décidé à écrire à une vingtaine de critiques, pour qu'ils en fassent la critique. Cependant au mois d'Août un journal, la Jeunesse, en avait parlé ! J'ai vu hier à la poste un gamin qui tenait l'Avenir National entre ses mains avec votre adresse et alors j'ai résolu de vous écrire. Il y a 3 semaines que j'ai remis le 2ème chant à Mr Lacroix pour qu'il l'imprime avec le 1er. Je l'ai préféré aux autres, parce que j'avais vu votre buste dans sa librairie, et que je savais que c'était votre libraire. Mais jusqu'ici il n'a pas eu le temps de voir mon manuscrit, parce qu'il est très occupé, me dit-il ; et si vous vouliez m'écrire une lettre, je suis bien sûr qu'en la lui montrant, il se rendrait plus prompt et qu'il lirait le plus tôt possible les deux chants pour les faire imprimer. Depuis dix ans je nourris l'envie d'aller vous voir, mais je n'ai pas le sou.

Il y a 3 fautes d'imprimerie ; les voici : 
Page 7, ligne 10 : Au lieu de : si ce n'est ces larmes, il faut si ce n'est ses
Page 16, ligne 12 : Mais l'homme lui est plus redoutable, il faut mais l'Océan
Page 28, l'antépénultième : Au lieu de il est brave, il faut il est beau.

Voici mon adresse :
Mr Isidore Ducasse
rue Notre-Dame-des-Victoires, 23
Hôtel : à l'union des nations

Vous ne sauriez croire combien vous rendriez un être humain heureux, si vous m'écriviez quelques mots. Me promettez-vous en outre un exemplaire de chacun des ouvrages que vous allez faire paraître au mois de Janvier ? Et maintenant, parvenu à la fin de ma lettre, je regarde mon audace avec plus de sang-froid, et je frémis de vous avoir écrit, moi qui ne suis encore rien dans ce siècle, tandis que vous, vous y êtes le Tout. »


– Paris, 10 novembre 1868 / Lettre d'Isidore Ducasse (dit Comte de Lautéamont)
à Victor Hugo, retrouvée en 1980 à Guernesey –

Posté par thierrymurat à 14:39 - Permalien [#]
jeudi 22 mars 2018

Promesse (fragments de)

Camelia

Certes, certes...
Mais demain matin
N'ayez crainte, très chère
C'est promis
Je mangerai pour vous
Un bouquet 
De camélias sous hypnose
Nu dans la tempête de lumière 
Sous le réverbère aux baleines

 

– Dans mes carnets, mots en vrac, écrire des fragments héroïques
et puis arroser la pluie –
(rien à voir avec mon nouveau livre en cours)

Posté par thierrymurat à 18:34 - Permalien [#]
mercredi 21 mars 2018

Rebirth (fragments de)

rebirth

« Que la queue de Pégase
Pénètre les ténèbres ! »
– Le Grand Ciel, bleu et froid, a parlé –
Et le printemps, déjà, culbute
La croupe écartelée de l'équinoxe.

Pendant que les alouettes digitales
Se fracassent contre le miroir numérique,
Adonis se fait sucer sur un dolmen.
Shiva danse et jouit
Près de la fontaine Cosmos.
Alors les premières averses de cyprine
Ruissellent enfin le long des cuisses
Des nuages en fleurs.

V'là la vie !


– Dans mes carnets, mots en vrac, écrire des fragments printaniers
et puis faire la sieste –
(rien à voir avec mon nouveau livre en cours, quoi que...)

Photographie : Constant Puyo (détail) © 1906

Posté par thierrymurat à 13:40 - Permalien [#]
mardi 20 mars 2018

Apocalypse (fragments d')

enfer

À l'aube de la nuit des temps, les femmes avaient accouché
Des plus intenses rêves de l'humanité.
Faisant de chaque instant une éternelle et lumineuse découverte
Porteuse d'avenir.

Mais l'histoire avait finalement donné raison à Ézéchiel le voyant.
L'antique serpent était donc revenu hanter les âmes au seuil du cybermonde.
Alors, le vagin géant des génisses et des truies connectées en réseaux,
Avait tout englouti dans l'entrecuisse de la rage et dans le brasier d'amertume.
N'épargnant même pas la petite barque des amants,
Flottant dans le brouillard de feu.

 

– Dans mes carnets, mots en vrac, écrire des fragments bibliques
et puis sacrifier une poule pour le repas du soir –
(rien à voir avec mon nouveau livre en cours)

Gravure : Gustave Doré (extrait) 1860 / L'enfer - chant 24 (La divine comédie de Dante)

Posté par thierrymurat à 13:20 - Permalien [#]
lundi 19 mars 2018

Partie de chasse (fragments de)

deadinzesnow

Toute la nuit, les chefs de clan avaient traqué l'homme sans relâche.
Grognant leur bave et leur colère.
Misant à nouveau sur les chimères empoisonnées de la vengeance.
Comment pouvait-on encore confondre les raccourcis et les impasses ?

Ils l'avaient traqué jusque à son dernier souffle.
Dans l'empreinte de l'aube, ils l'avaient trouvé. À moitié gelé.
Alors ils l'ont fouetté jusqu'à l'os.
Mordu au sang, battu à mort. Puis, enseveli de haine.
Lui faisant payer pour l'éternité ce qu'il avait fait la nuit dernière.

Pendant ce temps là, du côté de l'autre versant,
Les deux enfants sirotaient encore les dernières gouttes de leur sommeil.
Sucré.

Ignorant tout de la cruauté de leurs nobles pères.
Sans se douter que leurs doux baisers aux étoiles avaient déjà germés
Sous l'écorce de la brume.

 

– Dans mes carnets, mots en vrac, écrire des fragments d'humanité
et puis me remettre à dessiner –
(rien à voir avec mon nouveau livre en cours, quoi que...)

Posté par thierrymurat à 08:41 - Permalien [#]
dimanche 18 mars 2018

Be soft don't be stern

– « Lullaby » / sur l'album « I Could Live in Hope » / par le groupe Low / 1993 –

Posté par thierrymurat à 08:08 - Permalien [#]
vendredi 16 mars 2018

Voyant...

Vee Speers_2006

« Maintenant, je m’encrapule le plus possible.
Pourquoi ?
Je veux être poète, et je travaille à me rendre voyant.
Vous ne comprendrez pas du tout,
et je ne saurais presque pas vous expliquer...

Il s’agit d’arriver à l’inconnu par le dérèglement de tous les sens.
Les souffrances sont énormes, mais il faut être fort, être né poète,
et je me suis reconnu poète. Ce n’est pas du tout ma faute.
C’est faux de dire : je pense.
On devrait dire : on me pense. – Pardon du jeu de mots –

Je est un autre. Et tant pis pour le bois qui se trouve violon,
et nargue aux inconscients qui ergotent sur ce qu’ils ignorent tout à fait !

Vous n’êtes pas Enseignant pour moi.
Je vous donne ceci...
Est-ce de la satire, comme vous diriez ?
Est-ce de la poésie ? C’est de la fantaisie, toujours.
Mais, je vous en supplie, ne me soulignez ni du crayon,
ni – trop – de la pensée. »

Paris, 1871 / Lettre de Rimbaud (extrait) 
à un de ses anciens professeurs 
de Charleville-Mézières –
(Photographie © Vee Speers / 2006)

Posté par thierrymurat à 16:59 - Permalien [#]
mercredi 14 mars 2018

Feu ! (fragments de)

sabbat

Je pense sincèrement que celui qui n'a jamais dansé nu autour d'un feu, lors d'une nuit de pleine lune, pour convoquer ses lumineuses ténèbres, n'est pas le mieux placé pour théoriser - selon ses propres petits critères - sur la nécessaire obligation d'un monde meilleur pour tous.

– Dans mes carnets, mots en vrac, écrire des fragments de pensée jungienne
et décadente, puis préparer une infusion d'ortie –

(rien à voir avec mon nouveau livre en cours, quoi que...)

Photographie : anonyme / nuit de sabbat à Alderley Edge / Angleterre, 1969

Posté par thierrymurat à 08:36 - Permalien [#]