jeudi 3 décembre 2015

≠ De ceux qui ont les yeux écarquillés en continu...

« DE CEUX »
Un morceau de FAUVE sur l'album « Vieux Frères - Partie 1 » - 2014

Posté par thierrymurat à 10:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 2 décembre 2015

À défaut d'avoir changé Le Monde, ils ont changé leur monde à eux…

taylorcamp01

Taylor Camp est peut être l'incarnation la plus parfaite de ce qu'était le mouvement hippie à la fin des années 60.

taylorcamp05

À l'origine, le camp est né du refus de Sandra Schaub et de son mari Victor de s'engager dans la guerre du Vietnam et plus généralement, du rejet des valeurs défendues par la société Américaine, de l'American way of life. Le couple n'avait d'autre choix que d'accepter la violence ou de mettre les voiles. Pauvres et sans domiciles, ils ont trouvé refuge en 1969 sur une île située au large d’Hawaï, l'île Kauai dont le frère de la célèbre actrice Elizabeth Taylor était en partie propriétaire. Howard Taylor leur a proposé d'occuper gratuitement l'un des plus beaux lieux que l'île réservait, dans un environnement tropical en front de mer.

taylorcamp02

Peu à peu, d'autres hippies et vétérans de la guerre ont rejoint le camp espérant pouvoir appliquer leurs valeurs et adopter une vie à la hauteur de leurs idéaux. Pas de problèmes, pas de politique ni d'argent, pas d'électricité pour cette communauté de personnes venues échapper aux émeutes et aux violences de la police. De simples cabanes faites de bambous et de matériaux de récupération en guise de maison, ils vivaient de la pêche et de la terre dans cet environnement idyllique en quasi autonomie même si les enfants allaient à l'école en prenant un bus scolaire à proximité.

taylorcamp03

Malgré l'harmonie qui régnait dans cette société presque autonome de 120 personnes, le camp a été dissous huit ans après sa formation. En effet, les habitants voisins du camp contestaient le fait que les hippies puissent résider gratuitement dans les plus beaux endroits de l'île, et se plaignaient de leur nudité, de vols supposés et plus généralement de leur mode de vie...

taylorcamp04

Ensuite, l'Etat a acquis la propriété de l'île, et a expulsé tous les habitants résidents à Taylor Camp avant de mettre le feu aux installations pour s'assurer qu'ils ne reviennent pas.

taylorcamp06

Aujourd'hui, en interrogeant les anciens résidents de Taylor Camp, tous disent avoir vécu ici, les plus belles années de leur vie.

Photos © John Wehrheim

Posté par thierrymurat à 10:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 28 novembre 2015

Délaissant les grands axes, j'ai pris la contre allée...


« Aucun express »
Reprise de Noir Désir sur l'album hommage à Alain Bashung « Tels » - 2011

Posté par thierrymurat à 07:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 26 novembre 2015

En plein vol !

tchok

Page 114, sur un petit lac perdu au milieu des grandes plaines, dans la lumière du soleil levant...

– Gribouilli préparatoire, dans mon carnet de story-board –

Posté par thierrymurat à 15:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 24 novembre 2015

Cela a pu arriver...

Le Baiser
« Cela a pu arriver. Cela a dû arriver. Cela est arrivé plus tôt. Plus tard. Plus près. Plus loin. Pas à toi. Tu as survécu, car tu étais le premier. Tu as survécu, car tu étais le dernier. Car tu étais seul. Car il y avait des gens. Car c'était à gauche. Car c'était à droite. Car tombait la pluie. Car tombait l'ombre. Car le temps était ensoleillé. Par bonheur il y avait une forêt. Par bonheur il n'y avait pas d'arbres. Par bonheur un rail, un crochet, une poutre, un frein, un chambranle, un tournant, un millimètre, une seconde. Par bonheur le rasoir flottait sur l'eau. Parce que, car, pourtant, malgré. Que se serait-il passé si la main, le pied, à un pas, un cheveu du concours de circonstances. Tu es encore là ? Sorti d'un instant encore entrouvert ? Le filet n'avait qu'une maille et toi tu es passé au travers ? Je ne puis assez m'étonner, me taire. Ecoute comme ton cœur me bat vite. »

– Wislawa Szymborska (1923 - 2012) –

Photo « Le baiser de l'hôtel de ville » © Robert Doisneau

Posté par thierrymurat à 10:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 21 novembre 2015

≠ BLUES


« Jeunesse Talking Blues »
Un morceau de FAUVE sur l'album « Vieux Frères - Partie 1 » - 2014

Posté par thierrymurat à 16:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 20 novembre 2015

L’iliade ET l’odyssée !

road

Raymond Queneau distinguait deux lignes structurantes dans l’Histoire du roman et du récit littéraire en général : l’une qui serait la ligne des « iliades », l’autre, celle des « odyssées ».

« Toute grande œuvre est soit une Iliade soit une Odyssée, les odyssées étant beaucoup plus nombreuses que les iliades : le Satiricon, La Divine Comédie, Pantagruel, Don Quichotte et naturellement Ulysse sont des odyssées, c’est-à-dire des récits de temps pleins. Les iliades sont au contraire des recherches du temps perdu : devant Troie, sur une île déserte ou chez les Guermantes. »

L’Iliade ou l’Odyssée...
Toute autre forme de récit ne serait donc ni l'un, ni l'autre. Rien que du commentaire, du bavardage, du journalisme ; dans l'urgence de l'immédiateté du présent, simplement une vaine tentative de confrontation, de confusion, de collision...

C’est pour ça que j’aime le roman et la fiction.
C’est pour ça que je déteste l’actu, facebook et toutes nos « connexions » virtuelles instantanées...

C’est pour ça, je crois, que j’aime surtout « la vraie vie ». Parce qu'elle est la seule à pouvoir concilier ces deux types de récit – le temps plein et la recherche du temps perdu – pour n'en faire qu'un. Notre récit à nous.

Posté par thierrymurat à 10:25 - Commentaires [2] - Permalien [#]
mercredi 18 novembre 2015

Entre chien et loup

chien_loup
Un vieux dessin de janvier dernier qui ressort des tiroirs comme une sale maladie chronique. Et merde...

Posté par thierrymurat à 15:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 16 novembre 2015

Peace and love

Et pendant ce temps là, sur facebook, tout le monde s'aime très fort...

2mouches

Posté par thierrymurat à 11:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 14 novembre 2015

On avance...

serpent
Ce dessin symbolise l'Éternité depuis l'Antiquité égyptienne, de part sa forme circulaire, sans fin ni commencement...

Posté par thierrymurat à 10:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]