jeudi 12 novembre 2020

Plèbe 2.0

anonyme

De l'extension du domaine du « like »
au narcissisme anonyme.
De la colonisation du sociétal
par la sacralisation du lien social.

De l'autolâtrie à l'effacement.
Du « démos » au « kratos ».
De Sapiens à l'Homo indignatus cyber-connectum. 

Du « dividere » au « dictare ».
De l'universalisme au populisme. 

Le réel, c'est quand on se cogne. 
N'est-ce pas ? 

Too late to believe again, sweety... 


— Dans mes carnets, écrire et gribouiller des fragments — 

Posté par thierrymurat à 09:40 - Permalien [#]

mercredi 11 novembre 2020

#chibi

astro

#ChibiAstroBoy ! Comme on dit sur les connected networks du twenty-first century, quand on veut créer du social link au sein d'une digital community, parait-il. Pfff... Fais-moi rêver, brand new world, avec l'indigence de tes éléments de langage qui nous éloignent encore davantage de la densité de cet intime secret ; être au monde. 

Oh oui ! Oh oui ! Traite-moi encore de boomer technophobe… J’adoOoore !  

 

— Dans mes carnets, fragments gribouillés — 
(D'après Osamu Tezuka / 1928-1989) 

Posté par thierrymurat à 19:01 - Permalien [#]
vendredi 6 novembre 2020

Cages

cage

Et toi alors, 
dis-moi... 
Laquelle as-tu choisie 
des cages idéologiques, 
morales ou religieuses, 
que les singes modernes 
ont trouvées jusqu'ici 
pour rendre 
leur neurasthénie chronique 
plus supportable, 
et se protéger d'eux-mêmes. 

 

— Dans mes carnets, écrire des fragments — 
(Dans mon atelier, monotype sur papier Velin d'Arches) 

Posté par thierrymurat à 11:28 - Permalien [#]
mercredi 4 novembre 2020

Un kilo trois

carton_à_dessins

Je pose le carton à dessin
sur l'établi.
Cent-soixante-douze pages,
un kilo trois.
Le livre est terminé. 

La main se retire
de l'écriture
et du trait.

Lentement.

Elle sait qu'il faudra
revenir plus tard,
pour une autre histoire 
à raconter, 
d'autres obsessions,
d'autres colères
à soigner,
peut-être. 

Mais pour l'heure,
l'esprit quitte la main. 

Il lui faut marcher pieds nus
dans les feuilles mortes du jardin,
blotties dans le givre du matin. 

Il lui faut manger un fruit
juteux comme le sexe cru
de la femelle amie. 

Il lui faut croiser de nouveaux sourires
espiègles, au détour d'un chemin
de caillasse, loin des villes, 
toujours. 

Il lui faut retrouver
le vent qui cravache la peau
érectile ; tendue.

La main se retire.
L'esprit quitte la main.
Le livre est terminé. 
« Je est un autre ». 

 

— Table de travail, novembre 2020 / Nouveau récit dessiné à paraître / 
Thierry Murat © éditions Futuropolis / 172 pages en bichromie — 
En librairie à partir du 7 avril de l'an de grâce 2021 ! 

Posté par thierrymurat à 11:38 - Permalien [#]
dimanche 1 novembre 2020

Alberto G.

Alberto G

« Plus on en met, plus il en manque. » 

— Alberto Giacometti — 
(Photographié rue d'Alesia, en 1961, par Henri Cartier-Bresson © Magnum Photos) 

Posté par thierrymurat à 16:05 - Permalien [#]

samedi 31 octobre 2020

Pastorale

land

Brebis crevardes 
à l’agonie. 
Le troupeau 
maladif est enfermé 
dans l'enclos ; 
c'est l'heure du berger. 
L'heure où le reclus, 
ivre de liberté, 
devient voyant. 
Il pleure des chansons 
belles à égorger 
les loups 
près du ravin ; 
des complaintes 
à faire frémir la rosée 
qui suinte au creux 
de la croupe 
blanche et ouverte 
de la lune. 

 

— Dans mes carnets, écrire des fragments — 
(Dans mon Digital Revio, homelandes) 

Posté par thierrymurat à 11:04 - Permalien [#]
mercredi 28 octobre 2020

PhiloMoustache !

mustache

« Nul ne ment autant qu'un homme* indigné. » 

— Friedrich Nietzsche — 
(Dans mes carnets, philotypographisme) 
* Ça marche aussi pour une femme (ndlr) 

Posté par thierrymurat à 10:18 - Permalien [#]
mardi 27 octobre 2020

Intimités

orifice

Et puis 
la cyprine salive 
au bord des lèvres 
toujours 
apaise nos âmes 
libres 
à l'interstice 
affamé d'émois 
et d'offrandes 
conquérantes 
en humidités 
complices 
blasphémant 
les dieux par l'ultime 
orifice. 

 

— Dans mes carnets, écrire des fragments — 

Posté par thierrymurat à 11:42 - Permalien [#]
lundi 26 octobre 2020

Progressisme

convictions

— Dans mes carnets, archives — 

Posté par thierrymurat à 08:47 - Permalien [#]
samedi 24 octobre 2020

ici&maintenant

peace_and_wood

Mais, déjà, 
la lueur 
de vivre 
submerge 
l'horizon.

 

(Dans mon Digital Revio, fragments de poème) 

Posté par thierrymurat à 09:07 - Permalien [#]