dimanche 21 octobre 2018

Incantation

typoésie

La puissance d’envoûtement du discours archaïque ;
l’incantation...

Dont l’origine immémoriale coïncide certainement
avec celle de la poésie.

Le maniement poétique des mots comme magie divinatoire,
guérisseuse ou auto-réalisatrice. 
Les formules magiques et les enchantements
sont les formes primitives de la poésie. 
Chants doués de charme, paroles qui engendrent sorts
et sortilèges.

Abracadabra. De l’hébreu Avra Khédavra :
« Je créerai comme je parle. »

Le mot « magique » dépasse et transcende
le sens du mot lui même.
Il nous reconnecte avec l'écart oublié qui se cache
entre l'intense et le fade ; le poème.

 

 

– Typography : Futuræ / Designed by © Paul Willoughby –

Posté par thierrymurat à 12:50 - Permalien [#]
jeudi 18 octobre 2018

Piqûre de rappel

A N I M A B I L I S
Mon tout nouveau récit dessiné,
aux éditions Futuropolis. 160 pages.
Enfin en librairie à partir du 1er novembre 2018 !

 

– La bande-son de ce trailer à été réalisée par Firmin (Murat junior) –

Posté par thierrymurat à 15:33 - Permalien [#]
mardi 16 octobre 2018

C'est les 1 an du #mitou ! (et ça se fête...)

(Il y a un an, presque jour pour jour, je publiais ça. Ici même...)

fillesmodèles

Pendant que la « planète fille #MeToo #balancetonporc » relit Barbe Bleue et comptabilise les mains au cul qu'elle aurait oubliées au fil de son parcours intersidéral, moi je lis L'Homme Sauvage & l'Enfant – l'avenir du genre masculin – de Robert Bly (éditions du Seuil, 1992).

Et je repense aux petites filles modèles de la cour de récré de mes dix ans. Ces petites filles méchantes qui frottaient leur timide féminité à la virilité des garçons vulgaires. 
En se laissant tripoter par « les autres », elles me souriaient gentiment, me laissant là, violemment sur le seuil, le cœur durablement en miettes, dans mon rôle d'éternel meilleur ami, exclu des premiers jeux érotiques. 
Peut-être étais-je, à leurs yeux, trop doux, trop « poète », ou certainement pas assez « protecteur » pour attiser leur libido en construction...


Après toutes ces années, je ne suis devenu ni gay, ni rock star, ni serial killer...
Juste un môme éternel.

Aujourd'hui, les petites filles modèles postent leurs selfies, leurs hashtags « à la con », des photos de leurs chats et de leurs décos de noël sur facebook. Et moi... J'écris, je dessine et publie des livres en homme libre.

 

« Les petites filles modèles 
Se moquaient bien de moi 
Tu n'es pas connu disaient-elles 
Tu n'as pas l'air d'un roi 
Les petites filles méchantes 
Aimaient jouer avec moi 
Elles avaient une façon cruelle 
De s'endormir entre mes bras. »

– William Sheller (Les petites filles modèles / 1982) –

Gravure : anonyme. Vers 1900...

Posté par thierrymurat à 11:19 - Permalien [#]
jeudi 11 octobre 2018

Le pus

SallyMann_2001

Les névroses pasteurisées 
De Wounded Knee 
Et du onze septembre 
En import US.
Les cierges 
Et les « Let it be »…

Et puis les Charlies,
Les « je suis »
Et tout le bataclan.
Les « pas d'amalgame »
Et la liberté d'expression
En suppositoires lubrifiés.

Et puis plus tard
Les hashtags,
Le cynisme ordinaire

Et puis les livres,
Et les manuels scolaires
Que l’on brûle sur Pétitions.com
Et les expos que l’on caviarde.
Et puis les Olympias
Que l’on ferme
À guichets ouverts,
Dans l’allégresse
De quelques mantes religieuses
Sérial cyber-killeuses.

Chaque matin,
La tristesse infinie
De boire
Son propre pus
Inoculé par le siècle
Spectaculaire.

(Mais demain,
Si tu préfères…
Je te parlerai
Du jus de soleil
Qui perle
Au bord
Des lèvres
De l’horizon)

 

 

– Dans mes carnets, mots en vrac, écrire des fragments –
(photographie © Sally Mann, 2001)

Posté par thierrymurat à 18:05 - Permalien [#]
jeudi 4 octobre 2018

En librairie à partir du 1er novembre 2018 !

animabilis_couv


A N I M A B I L I S :
vivifiant, stimulant, exaltant, qui peut rendre vivant…
Du mot latin anima (âme, vie, air...), suivi du suffixe bilis,
qui lui donne une fonction d’adjectif. 
(Cicéron / 1er siècle av. J.C.)

Posté par thierrymurat à 09:27 - Permalien [#]
mercredi 3 octobre 2018

Paysage

paysage-Puyo

Je suis un paysage désolé,
Austère et vierge
De toute présence humaine.
Échoué à la frontière du néant
Et de l'absolu, je flotte sur la lande.
Je suis un drapeau blanc
En lambeaux, dans le parfum
D'une tempête de forêt.

Je n'aime pas les villes et les ruelles.
Ça sent la pisse d'un autre siècle,
Le vomi des poètes maudits,
Et ça pue la misère d'y vieillir seul
Le long des murs dégueulasses
D'un boulevard chic.
Je déteste les vieux bancs rouillés
Qui colportent l'odeur fanée
Du tout premier baiser
Des amants de Saint-Jean.
Je n'aime pas trop les statues
Des jardins publics
Et leur blanches épaules,
Où seule la fiente des pigeons
Semble encore vivante.
Les traces des hommes
Sont toujours moches et mortes.
Elles ne racontent que ce qui fût,
Jamais ce qui sera.

Je ne suis qu'un paysage désolé
Et ça me va.
Austère et vierge
De toute trace humaine,
Je regarde les empreintes
Des hérons et des loups
Sur l'horizon de mon âme en jachère ;
Une promesse de brume d'avenir
Dans les cheveux d'une déesse nue.
Un sortilège qui s'évapore
Dans un vol de fleurs sauvages.
Et ça me va, jusqu'à demain matin.



– Dans mes carnets, mots en vrac, écrire des fragments –
(Photographie : Constant Puyo, 1910)

Posté par thierrymurat à 11:36 - Permalien [#]
lundi 1 octobre 2018

Mais peut-être est-il temps...

Oui... Peut-être est-il temps pour toi, lecteur enhardi, 
que je te murmure un avertissement.
Un secret...

Hiver 1872. La lande du Yorkshire. Un village isolé.
La neige. Le vent. La forêt profonde. Un vol de corbeaux...
Victor de Nelville, un jeune journaliste français, débarque
dans ce paysage envoûtant.

La nature sauvage empreinte de sorcellerie et de légendes anciennes,
la rencontre avec une femme, belle comme un mystère,
entraînent peu à peu le jeune homme dans un furieux désir d'écriture.
Le maniement poétique des mots accompagne sa métamorphose
à la lisière du réel.
Un récit sur le verbe, l'écriture des sens, le langage du corps et de l'âme.
Au cœur de l'errance intime de Victor, le lecteur est lentement immergé
dans les tourments d'un poète romantique du 19ème siècle.

 

A N I M A B I L I S
Mon tout nouveau récit dessiné,
aux éditions Futuropolis. 160 pages.
En librairie à partir du 1er novembre 2018 !

 

– La bande-son de ce trailer à été réalisée par Firmin (Murat junior) –

Posté par thierrymurat à 09:59 - Permalien [#]