Le blog de Thierry Murat

samedi 24 février 2018

Parler

parole

Et alors un homme de lettres dit ; « Parle-nous de la Parole ». 
Et il répondit, en disant :
« Vous parlez quand vous cessez d'être en paix avec vos pensées.
Et quand vous vous lassez d'habiter la solitude de votre coeur vous allez vivre sur vos lèvres, et les sons qui s'en échappent vous servent de divertissement et de passe-temps.
Et souvent vous noyez la moitié de vos pensées sous les flots de vos paroles.
Car bien que la pensée soit un oiseau éthéré, qui pourrait déployer ses ailes dans une cage de mots mais ne saurait s'envoler.
Certains d'entre vous recherchent les bavards par crainte de rester seuls.
Comme ils se sentent mis à nu par le silence de la solitude, ils préfèrent alors le fuir.
Et d'autres parmi vous qui parlent, et sans le savoir ni le prévoir de leur bouche sort une vérité dont ils ignorent la portée.
Il en est également qui portent la vérité en eux-mêmes, et la transmettent sans passer par la parole.
C'est en leur sein que se love l'esprit en silence rythmé.
Quand vous rencontrez un ami au bord de la route ou sur la place du marché, que l'esprit en vous anime vos lèvres et inspire votre langue.
Que la voix en votre voix parle à l'oreille de son oreille.
Car son âme gardera la vérité de votre cœur comme le palais se souvient du bouquet du vin.
Même si sa couleur est oubliée, même si la coupe n'est plus ».

– Khalil Gibran / The Prophet, 1923 –

Posté par thierrymurat à 15:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 22 février 2018

Dire

rimbaudstreet

Je ne crois pas à ce que l'on me dit.
Je crois à la manière dont on me le dit.
C'est pour cela, je pense, que je n'écoute jamais les militants,
mais toujours les poètes.


– Photo : collage urbain de Ernest Pignon-Ernest –

Posté par thierrymurat à 14:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 16 février 2018

A stranger is putting the tease on

« I was raised by the praise of a fan 
Who said I upset her 
Any girl in the world could have easily 
Known me better

(...)

Is it strange I should change ? 
I don't know
Why don't you ask her ? »

 – Neil Young « Mister Soul » - une chanson de 1967, où il est question
de la sensation d'étrangeté que l'on ressent face à la « notoriété ».
Ici, dans une version live, lors du MTV unplugged de 1993 –

Posté par thierrymurat à 12:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 9 février 2018

Écrire...

caligraphisme

« Dans l'idéal, écrire est un équilibre entre sa propre vision intime et le monde public. La première – passionnée – est souvent confuse et le second – formellement construit – prompt à classer et à juger. Il est donc indispensable de considérer cet art comme un métier. Sans métier, l'art reste du domaine de l'intime. Sans art, le métier n'est que procédé. »

– Joyce Carol Oates / La foi d'un écrivain / Éditions Philippe Rey, 2004 –

Posté par thierrymurat à 09:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 3 février 2018

Retour (fragments de)

retourdeguerre

Il y a un cerbère à l'entrée de mes souvenirs, qui veille sur mes secrets fatigués. Indestructible et fier, je regarde comme lui, l'humaine souffrance se désagréger lentement dans sa carapace de glace.

De l'autre côté de la colline, les prédicateurs acharnés éructent encore. En étouffant leurs propres enfants, ils crachent des prières faciles pour les petites gens. Plus bas dans la vallée, la femme frigide se donne du plaisir avec ses doigts mutilés. Son sexe scarifié n'est plus qu'une brulure de haine. Une plaie de braise. De la viande triste. Paralysée par ses intimes défaites.

Désormais je vois plus loin que l'horizon de fiel, insensible aux larmes de sang qui s'écoulent de mes yeux bouffés par les corbeaux.
Je regarde enfin le ciel.

Et toi tu es là. Depuis l'année où je suis revenu de la guerre. Tu n'as pas bougé. Tu veilles sur mes blessures. Tu m'enveloppes de ton amour séculaire et neuf de chaque instant. Me ramenant à la vie tous les matins. Dans une lumière crue et blanche comme ta peau. Belle comme la lune en plein jour.
Je t'aime.

 

– Dans mes carnets, mots en vrac, écrire des fragments de journal de guerre, 
et puis soigner ma conjonctivite –
(rien à voir avec mon nouveau livre en cours)

Posté par thierrymurat à 13:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 3 janvier 2018

Ruines (fragments de)

temple

D'un bout à l'autre du domaine, nul ne pouvait voir ni sentir la voix des âmes qui s'échappaient des ronces par temps de pluie. Le ciel n'était plus qu'une sépulture diaphane qui enveloppait le silence de ses épines.
Le cœur des amants de Cythère dormait pourtant ici. Quelque part entre la fureur des rochers et les caprices de la lune. Sur cet indigne caillou battu par les vents. Dans ce jardin dévasté, cerné par la colère des vagues.
Mais la nuit, les hautes colonnes d'albâtre recouvertes d'écume se dressaient encore, ivres de désir et de blancheur éternelle.


– Dans mes carnets, mots en vrac, écrire des fragments de ronces, 
et puis regarder la pluie –
(rien à voir avec mon nouveau livre en cours)

Posté par thierrymurat à 12:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 13 décembre 2017

Noir

soulages

« La nuit utérine est en chacun de nous ce que le noir intersidéral prolonge au fond du ciel. Dès la préhistoire, la femme enceinte est figurée comme cette voûte obscure qui englobe le monde et le reproduit. La première déesse est une mère.
À la discontinuité des jours s'oppose la continuité de la nuit. (...)
Aussi le noir a-t-il un sens absolu qui précède la négation linguistique : c'est faire disparaître. Tuer, détruire, mettre dans la nuit du tombeau.
Nous avons besoin très vite, à peine nés, venant du fond de l'absence, de quelque chose qui nous regarde. Nous appelons cette chose qui surgit dans le noir, dans l'abandon, dans le vide, dans la faim, dans la nuit, dans la solitude ; une image. »

– Pascal Quignard / La Nuit Sexuelle / éditions Flamarion, 2007 –
(Peinture : Pierre Soulages / 260 x 202 cm, 1963 / huile sur toile /
collection Centre Pompidou)

Posté par thierrymurat à 17:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 5 décembre 2017

Fierté (fragments de)

labour

Je descends d'une lignée de paysans du Périgord.
Depuis Cro-Magnon. Et jusqu'à l'exode rurale d'après guerre.

Des ploucs. Des croquants. Des culs-terreux...
Des petits artisans, 
puis des fonctionaires.

Peut-être un lointain ancêtre, artiste-peintre à Lascaux ou un troubadour
qui chantait l'amour courtois en langue d'Oc.

Et encore... Pas sûr. Mais bon.
Va savoir.

Je me sens loin de tout ce petit monde artistique-littéraire,
urbain et hyperconnecté.

Tellement loin...
Parfois envie de les empaler fièrement avec ma fourche de bouseux.
Mais le rat des villes est plus rapide - plus malin - que le rat des champs.
Toujours.

 


– Dans mes carnets, mots en vrac, écrire des fragments de généalogie,
et puis regarder mes enfants pousser comme des fleurs sauvages –

(rien à voir avec mon nouveau livre en cours)

Gravure sur bois © Maurice Albe - 1965

Posté par thierrymurat à 11:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 2 décembre 2017

Nuit (fragments de)

sax

Nos peaux
Hologrammes
Ruissellent de pluie
Infime.

Un sax cliché
En bord de nuit
Respire
Le soufre.

Lueur au loin
De nous.
My Favorite Things...
Coltrane, tu dors ?

Moi je n'dors pas.
J'écoute
Encore
Le souffle.

 

– Dans mes carnets, mots en vrac, écrire des fragments nocturnes
et puis se réveiller –

(rien à voir avec mon nouveau livre en cours)

Photo : John Lurie sort son sax, sur le trottoir, dans « Permanent Vacation »
le tout premier film de Jim Jarmusch - 1980

Posté par thierrymurat à 23:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 1 décembre 2017

Zone portuaire (fragments de)

portnawack

Port Nawack...
(Cyber-province déconnectée,
Énième parallèle nord-complaisant,
Latitude plate, longitude nulle)

Port Nawack !
(Donc)
Son phare aux alouettes,
Ses sirènes en string,
Son marché aux poisons,
Ses dockers ivres de stéréostérone,
Et ses filles de joie
Affublées de moderne tristesse.


– Dans mes carnets, mots en vrac, écrire des fragments de journal de bord,
et puis dormir sur le pont avant –
(rien à voir avec mon nouveau livre en cours)

Posté par thierrymurat à 11:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 30 novembre 2017

Le Spaghetti

Spaghetti

« Nous baisions tous les trois, les deux garçons m’enfilant en même temps,
l’un par la bouche, l’autre par le cul ou le con, sous les gais auspices
d’un des plus jolis tableaux de Martin Barré, qu’on appelait Le Spaghetti. »

– Catherine Millet / La vie sexuelle de Catherine M. / Le Seuil, 2001 –
(Peinture : Martin Barré, 63-H, 1963 / Spray Paint On Canvas, 67 X 80 cm)

Posté par thierrymurat à 18:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 28 novembre 2017

Caprice (fragments de)

landream2

Trop de réel
En temps réel
Trop vu
Trop cru

Unanime

Je veux une Légende
Dorée
Comme une lande
Parée

D'hermine

 

– Dans mes carnets, mots en vrac, écrire des fragments de ballade
avant de partir en croisade –
(rien à voir avec mon nouveau livre en cours)

Posté par thierrymurat à 15:43 - Commentaires [2] - Permalien [#]
mardi 21 novembre 2017

Typographie

exclamation

– Dans mes carnets, trucs en vrac, écrire des épiphanies de typographe,
et puis jeter l'encre –
(rien à voir avec mon nouveau livre en cours)

Posté par thierrymurat à 10:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 20 novembre 2017

Exil (fragments d')

embrums

Retiré
Depuis son poste
De sentinelle
Le poète se marre
Dans ses peurs

Il pleure
Dans la mare

Un horizon de sel

Il écoute le silence
Des pierres
Qui dérive
Sur les brisants

Et le cri
Des cargos
Se perd
Dans le courant

Alors le poète écrit
Le vacarme translucide
Des oiseaux
Qui dans le vent s'agitent

 

– Dans mes carnets, mots en vrac, écrire des fragments d'embrums
et puis rentrer au port –
(rien à voir avec mon nouveau livre en cours)

Photo © Henri Cartier-Bresson, 1956

Posté par thierrymurat à 15:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
dimanche 19 novembre 2017

Le supplément du petit dimanche illustré

journalX

Posté par thierrymurat à 18:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 18 novembre 2017

Lullaby (fragments of)

teddy

Leave me alone
Coffee and smoke
I stay at home
Like an old dead oak

I'm not here
I just get laid
I'm just a bear
I'm not afraid

You can hear me
Near the darkest lake
Of your dream tea
It's not a fake

I'm not here
I just get laid
I'm just a bear
I'm not afraid


– In my sketchbooks, bulk words, writing fragments of emptiness
and then, hibernate –
(nothing to do with my brand new book in progress)

Posté par thierrymurat à 15:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 17 novembre 2017

Interview minimaliste

interview_3

Posté par thierrymurat à 10:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 16 novembre 2017

Et pendant ce temps-là, sur facebook...

deuxmouches

Posté par thierrymurat à 10:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 15 novembre 2017

Prolongation (fragments de)

matinmorning

Le poème prolonge 
La voie des brumes 
Dans le souvenir 
Du givre. 

Il respire 
Il crache 
Il se tait. 

Le soleil blanc d'un matin suspendu. 

Il sait avant de savoir 
Il pousse avant d'avoir germé 
Il ne pense pas 
Il est. 

Tu veux l'écrire 
Tu meurs 
Tu veux l'oublier 
Il naît 
Tu crois le posséder 
C'est lui qui te hante. 

Vas-y. 
Écris. 

Tais-toi. 
Crache. 
Respire. 


– Dans mes carnets, mots en vrac, écrire des fragments et se taire –
(rien à voir avec mon nouveau livre en cours)

Posté par thierrymurat à 18:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 13 novembre 2017

Correspondance (fragments de)

Le Magnifique

Mon très cher ami,

Tu veux vraiment écrire un Roman ?
Un putain de grand Roman !
Pas un livre de messe, hein...
Ni un manuel d'histoire-géo ou d'éducation civique...
Un putain de grand Roman !

Ok.

Alors arrête d'enfiler les perles du chapelet
de la condescendance généralisée.
Tu n'es pas là pour nous chier un baromètre sociétal
en récitant le bulletin météo.
Les convictions à la mode ne sont que des émotions fossiles 
et monolithiques. Arrête de donner du grain aux poules. 
Sacrifie-les plutôt sur l'autel de tes incertitudes les plus profondes. 
Écris des hérésies de vaudous avec le sang de la volaille.

Marche pieds nus dans le feu.
Affirme.
Prends le parti de l'erreur flamboyante.
Sois au rendez-vous de nulle part, dans un déséquilibrisme de funambule.
Tu ne changeras pas le monde. Jamais.
Ni avec tes cantiques littéraires, ni avec quoi que ce soit d'autre.

Tu ne changeras pas ton lecteur. Non plus.
Alors détruis-le pour qu'il se reconstruise lui-même.
Avec sa lumière à lui.

Prends-le par derrière.
Mets-lui tes doigts dans sa bouche.
Donne-lui des chiquenaudes sur la joue.
Attrape-le par les cheveux.
Et pendant que ta main claque sur sa croupe, demande-lui s'il aime ça.

Comment ça !
Tu ne peux pas faire ça ?
Ok.
Alors continue à écrire des livres de curés.
Des livres de missionnaires.
Et maintiens ton public et les médias dans cette simulation
d'orgasme collectif.


Bien à toi.
     - Ton ami -


– Dans mes carnets, mots en vrac, écrire des fragments de lettre rilkienne 
et bienveillante et puis aller dessiner –
(rien à voir avec mon nouveau livre en cours)

Photo : Jean-Paul Belmondo dans « Le Magnifique »
un film de Philippe de Broca - 1973

Posté par thierrymurat à 11:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]