mardi 17 septembre 2019

Lullaby (fragment of)

coffeecup

Cold coffee 
Down on the floor 
Set me free 
From the next door 


— In my sketchbooks, crumbs of english words — 

(In my Digital Revio / Fragments) 

Posté par thierrymurat à 12:15 - Permalien [#]

lundi 16 septembre 2019

Typœtry #1

retourné

Pris par le temps, 
tu te laisses retourner. 
Quelle heure est-il ? 
Et c'est l'horizon 
qui penche 
en travers de la voûte. 
Où sommes-nous ? 
Il n'y a que des pas 
à l'envers ;  
en dessous des traces 
du dessus, 
à jamais perdues 
d'être ici, 
en un seul mot. 

 

— Dans mes carnets / Fragments —
(Dans mon Digital Revio, typographier le ciel) 

Posté par thierrymurat à 12:17 - Permalien [#]
jeudi 12 septembre 2019

Pop !

Edgar

« J'aime la gloire, j'en raffole ; je l'idolâtre ;
je boirais jusqu'à la lie de cette glorieuse ivresse ;

je voudrais que l'encens s'élève en l'honneur de mon nom 
depuis chaque colline et depuis chaque hameau
et de chaque ville et de chaque cité sur cette Terre. » 


— Edgar Allan Poe / 1809 - 1849 — 
(Figurine Funko Pop ® 2019 / collection Icon Serie of Pop Culture) 

Posté par thierrymurat à 11:19 - Permalien [#]
lundi 9 septembre 2019

Mythologies (fragment de)

cyclope

Homère était aveugle. 
Tout comme Démodocos, le poète. 
À qui la Muse qui l'aimait 
avait offert le pire et le meilleur, 
en parfait contrepoint. 

Elle lui avait pris ses yeux. 
Mais en compensation, avait donné
à la voix de son amant 
la douceur d'un chant du plus bel esprit. 
Ainsi qu'à ses dix doigts, 
l'agilité de l'oiseau sur la branche
d'une lyre à sept cordes. 

Démodocos aimait chanter les ruines 
des amours adultères d'Arès & Aphrodite, 
dans un motel palace abandonné
sur la grève blafarde d'une plage de Cythère. 

Homère, quant à lui, n'était peut-être 
rien d'autre que Personne, 
tout comme son Ulysse transperçant 
l'œil universel du Cyclope. 

La poésie n'est sûrement 
qu'affaire de regard, de visions, 
ou d'aveuglement. 

Alors puisque la parole 2.0 
est décrédibilisée, 

et que toute tentative de malicieuse ironie 
est aujourd'hui considérée 
comme hérésie blasphématoire, 

autant se crever les deux yeux 
afin de se sortir le cul des ronces 
avant que le poème ne devienne 
qu'une insipide pommade feel-good, 
aux huiles essentielles de rien, 
qui apaise notre inconséquence écarquillée 
de misérables voyeurs interconnectés. 

 

— Dans mes carnets / Fragments — 

Posté par thierrymurat à 15:09 - Permalien [#]
samedi 7 septembre 2019

Persona

maskantigone

Dans la torpeur du début d'un dernier été, on annonçait pour juillet l'imminence collapsée du grand effondrement caniculaire et planétaire. 
Cherchant l'espoir d'un réconfort climatisé près des hélicoptères-ventilateurs connectés au grand réseau de la terreur, l'homoschizophrénus, en centaine de millions d'exemplaires, se selfise alors en vieillard idéal et artificiel sous les sunlights des algorithmes FaceApp. 
Afin de laisser en héritage à ses petits-enfants mort-nés carbonisés, la trace d'une post-image augmentée, l'homoneurasthénicus lègue, le temps d'un simple lol / mdr, le portrait de sa vieillesse virtuelle qui pose en ancêtre derrière le masque selfique d'une sagesse paranoïde stockée à tout jamais dans la mémoire morte de l'humanité. 

  

— Dans mes carnets de fin d'été, fragments en vrac — 
(Photo : masques créés par Yves Leblanc © 2006 / Antigone de Sophocle / Avignon) 

Posté par thierrymurat à 11:21 - Permalien [#]

jeudi 5 septembre 2019

En bref

haiku

— Dans mes carnets, trois vers, dix-sept syllabes ; pas une de plus —

Posté par thierrymurat à 10:25 - Permalien [#]
mardi 3 septembre 2019

Digression

sirène et centaure

Esthétiquement, j'ai bien peur que l'on ne fasse que régresser depuis le Néolithique, l'Antiquité et le Moyen Âge. L'apogée étant certainement le XIIIème siècle avec Giotto di Bondone, Cimabue, Rutebeuf, Dietisalvi di Speme, Jaufré Rudel, Chrétien de Troyes et les Lais de Marie de France. 
À la rigueur, le XVème... avec les Primitifs flamands et François Villon, et puis Lorenzo Lotto qui donne enfin une âme à l'art du portrait au tout début du siècle suivant. Mais après... la messe est dite. La fête païenne est finie. 
Circulez, y a rien à voir. 

À bien y regarder de près, la Renaissance n'est peut-être rien de plus que l'instagram des XVIème et XVIIème siècle. La B.O. d'une série netflix composée par Umberto Tozzi et remixée par Vivaldi, le pizzaiolo végane des quatre saisons. Le royaume éternel selon l'évangile de Pierre & Gilles, lors d'une expo'concept dans l'espace co-working d'une bio-ferme urbaine alternative.
Finalement ce n'est peut-être que cela, la Renaissance... Une profusion d'images condescendantes, néo-classiques, ultra léchées, presque fluo, démago, vulgaires. Du storytelling, propre, lisse, éventé. Avec ces angelots dodus qui flottent comme des bisounours sous lexomil sur les nuages sucrés des plafonds rose bonbon. La modernité et le progrès sont enfin en marche sous l'œil bienveillant des apôtres bodybuildés, lovés dans les drapés des femelles lascives... Si les féministes avaient existé, elles auraient certainement coupé les couilles de Michelangelo – alors que tout le monde sait aujourd'hui qu'il était gay. 

En ce qui concerne l’esthétique de la pensée, de la langue et du discernement, on peut très facilement envisager le siècle des Lumières comme le google ou le facebook du XVIIIème siècle. La voilà, la grande et belle idée de ce fantasme encyclopédique universellement partagé : la vulgarisation – qui fait confondre le savoir avec la connaissance. 
Et bien sûr, lorsque l'on confond savoir et connaissance on se fourvoie dans l'impasse du « j'ai tout compris et j'ai toujours raison » comme n'importe quel crétin qui découvre un nouveau dogme, un nouveau jouet idéal, un truc en toc qui brille... Si les gilets jaunes avaient existé, ils auraient courageusement guillotiné Voltaire le cynique et Diderot le salaud de bourgeois illuminati.

Si on rajoute à tout cela, la démographie galopante et étouffante du XXème siècle, puis l'assassinat des mystères archaïques et des contes – ces vieillards immémoriaux qui avaient appris aux enfants devenus grands à écouter la musique du cœur du monde – on arrive vite au stade définitif de la crétinerie universelle. Là où l'idiot ; jadis le sage isolé et marginal, devient aujourd'hui une légion d'imbéciles au galop qui savent tout sur tout, même sur ce qu'ils ne connaissent pas. 
Plus on est nombreux, réunis et connectés, plus on est cons et vulgaires. 
C'est mathématique. 

Heureusement, il nous reste la poésie, le dernier vestige intime du Sacré – sans le religieux. C'est ce que le XIXème siècle avait si bien compris. Mais il est le seul. Je veux bien accorder aux impressionnistes du tout début XXème, aux pictorialistes – pionniers de l'art photographique – et à Apollinaire, la souveraineté esthétique autoproclamée d'un ultime chant du cygne... Et tout le reste, comme disait Jean-Pierre Coffe, n'est que du jambon polyphosphaté. 

 

— Dans mes carnets, petits fragments subjectifs
d'une brève histoire de l'art et de la littérature —
(illustration : bestiaire / enluminure du XIIIème siècle / anonyme) 

Posté par thierrymurat à 11:39 - Permalien [#]
dimanche 1 septembre 2019

Easy

dennis

Autant le dire tout de go, les nouvelles ne sont pas bonnes...

On annonce pour septembre, un sévère et radical retour de lynchage virtuel, victimaire, identitariste, pétitioniste, moraliste, idéologiste, inclusif et anonyme, pénardos planqué mou du clavier et tranquillou activiste vengeur masqué en pantoufles citoyennes révolutionnistes écoresponsables sur le grand réseau merdique de la rentrée. 

Ô joie ! 
Mon bison futé de l'internet et du smartphone me dit de foutre le camp en sens inverse. Ça tombe bien, je suis touriste à l'année. Alors je prends l'avion avec ma moto qui pollue du cul. Je bouffe du bœuf. Je fume du co2. Je chie du carbone. J'écris au masculin singulier, sans point-point. J'achète six cordes neuves sur amazon. 
Et... 

I m free to sing my song 
(though it gets out of time). 

Bonne rentrée à vous ! 

 

 

— Dans mes carnets, personal advice — 
(Sur la photo, Dennis Hopper dans Easy Rider en 1969) 

Posté par thierrymurat à 11:57 - Permalien [#]
mercredi 28 août 2019

Déco intérieure

fenêtredehors

Tu sais, gamin...

Tout ce que je fais, c'est
simplement cueillir gentiment,
sur une feuille vingt-et-un / vingt-sept,
des chants d'oiseaux pourris
et quelques aboiements de mâtins
baveux avec mon stylo noir
pour en faire de jolis bouquets effrayants,
vomissant des arcs en ciel délavés
qui lèchent des stratocumulus
en forme de poire pour la soif du monde
ou des stratocumulonimbus
en forme d'enclume pour assommer
les tristes cons.

Et rien de plus.
Te fais pas de films, gamin.
Va... 

 

 

— Dans mes carnets, fragments en vrac — 

Posté par thierrymurat à 10:29 - Permalien [#]
lundi 26 août 2019

Endless Summer

t_shirt_donald

— Dans le sac de plage de Melania, souvenirs du G7 — 

Posté par thierrymurat à 16:13 - Permalien [#]