mercredi 9 mai 2012

Nous l’aimions terriblement !

max
Tristesse… Maurice Sendak, l’auteur-illustrateur américain de « Max et les Maximonstres » (Where the Wild Things Are) s’est éteint hier à New York à l’âge de 83 ans. « Max et les Maximonstres » publié en 1963, représente encore aujourd’hui pour beaucoup de monde l’archétype parfait du livre jeunesse moderne. Et dire que la brave mère Dolto avait vivement déconseillé ce chef-d’œuvre dès sa sortie en France. Décidément les psy et moi, on ne sera jamais copains…

Posté par thierrymurat à 14:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]
jeudi 3 mai 2012

Mare Adriatico

rimini01

Je rentre d’Italie. Un petit road-trip improvisé dans l'urgence pour les besoins de mon bouquin en cours « Au Vent Mauvais »  le beau roman graphique dont je vous ai déjà parlé, que m’a écrit l’ami Rascal et qui sortira en tout début d’année prochaine chez Futuro.

rimini10

J’ai bien fait de me décider à faire ce voyage éclair en voiture jusqu’à Rimini. À Viserbella pour être plus précis. Un aller-retour, juste pour voir, pour sentir l’atmosphère d’une station balnéaire de la côte Adriatique hors saison.

rimini03

Quelle ambiance… Deux jours en solo, à errer sur le front de mer avec mon appareil photo, comme un Paolo Conté tranquillement dépressif dans ce décor désolé, écrasé de ciel bleu.

rimini04

Le levé de soleil sur la mer, la valse des tractopelles qui préparent la plage en vue de l’été qui approche. Les petits poteaux en béton alignés par milliers, qui attendent sagement d’accueillir en masse les parasols de location pour les vacanciers essentiellement russes, tchèques, ou polonais…

rimini05

Les cabines de douches, une villa italienne d’un autre temps, coincée entre l’hôtel Adriatico**** et le Beach Paradise.

rimini08

Ça va être un vrai bonheur de dessiner toute ces sensations dans la scène finale du livre...

rimini06

Ciao belli !rimini07

Posté par thierrymurat à 19:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 2 avril 2012

Back from Morocco !

De retour du Maroc, où je viens de passer une petite quinzaine de jours, je vous livre, brut de décoffrage, mes impressions et aussi quelques images extraites de mon carnet de voyage.

C'est parti !

4x4

Sur la route qui nous éloigne de l’aéroport de Casablanca, le 4x4 de Nordine nous emporte vers les premiers reliefs du Moyen-Atlas. Une musique berbère envahit l'habitacle du Toyota et derrière les vitres teintées, les derniers signaux de la civilisation urbaine s’estompent peu à peu...

cocastop

Sur un plateau calcaire qui culmine à 1200 mètres d’altitude, le petit village de Sidi Youssef semble installé là depuis toujours. Une quinzaine de maisons, la piste poussiéreuse comme artère principale, une petite mosquée, une école, et c’est tout.

retour
Ici on vit de l’agriculture et de l’élevage. Presque en autarcie. Pas d’eau courante dans les habitations. Aller chercher de l’eau à la source fait partie des nombreuses tâches quotidiennes. Bidons, jerricans, citerne à cheval…

source

Seule la fée électricité s’est invitée depuis peu. Quelques rares fils électriques en pagaille comme unique symbole du confort moderne.

fenetre

Sidi Youssef, c'est un peu comme la campagne française avant les années 30. Bien avant que les 38 tonnes n'envahissent nos villages moribonds en bordure de nationale. Ici tout est calme et tranquille...

oulaidi

Je me souviens d’avoir entendu de la bouche d’un ami théoricien sociologue de comptoir – s’appuyant sur le schéma très occidental de la pyramide de Maslow – que l’omniprésence des tâches matérielles quotidiennes serait un frein à toute forme de vie intérieure, à toute spiritualité… En somme, que la réalisation de soi passerait forcément par le progrès technique, par la croissance… Quelle connerie !
Ici, la crise financière on s'en fou. On va chercher de l’eau. On prépare à manger. On fait ses 5 prières par jour. On s'occupe des vaches, des moutons. On s’assoie sur un caillou pour regarder le soir descendre. On donne à manger aux poules. On passe du temps avec ses enfants. On va chercher du bois sec pour le four à pain du lendemain.
ane

Le silence est régulièrement interrompu par les vocalises de l’imam qui s’échappent de la sono de mauvaise qualité, installée sur le toit de la petite mosquée. Les coqs des alentours enchaînent généralement juste après, avec leurs cocoricos déglingués en guise de réponse ou de protestation...
Le coq est con c'est bien connu... Mais à sa décharge, il est aussi laïc !

mosquee

À Sidi Youssef, nous logeons juste à côté de la mosquée (la maison à gauche sur le dessin ci-dessus), chez Bennasser, un paysan berbère d’une quarantaine d’années, extrêmement touchant par sa générosité et la profondeur de son âme.

maisonben

« N’oublie jamais ce que ton cœur aime. »
C’est extrait d’un poème berbère. Et c’est écrit là (ci-dessous) par l’ami Bennasser, en berbère mais avec l'alphabet arabe parce que l’amazigh, la langue des berbères, ne s’écrit plus depuis longtemps. Interdit jusqu'au couronnement de mohamed VI. Seule la transmission orale à fonctionné jusque là.
theiere

Changement de décor. Haute montagne. 1800 mètres d’altitude. BoutAarart est un hameau de 4 ou 5 maisons accrochées à la pente de terre battue, ravinée par les trop rares pluies uniquement torrentielles. Ici, l’eau du ciel, c’est tout ou rien…

boutaarart

À BoutAarart, pas de mosquée, pas d’école, pas d'électricité. Uniquement le puits au fond d’un ravin où les femmes se retrouvent avec leurs bidons jaunes et leurs ânes. Ici comme en ville, on accueille avec le thé.

le_the

À BoutAarart, nous sommes les invités de Houssa et Saïda. La cinquantaine. 10 enfants. Ils ont un troupeau de chèvres et un bout de terre (en pente) à cultiver.  Houssa est paysan, mais aussi poète et artiste à temps "perdu"… (Le mot est mal choisi car ici le temps n'est jamais perdu.)
houssa_et_saida

Je ne vais pas faire mon Jean Ferrat, mais c’est vrai que c’est beau la montagne... Surtout avec l’aridité qui donne ce supplément d’âme aux paysages et aux gens.
voisines

Voilà. J’aurais encore beaucoup de choses à vous raconter. Beaucoup d’autres dessins à vous montrer. Ce sera pour une autre fois peut-être... Inchallah.

peinture_theiere

PS : Avant de quitter BoutAarart, je peint à l'acrylique blanche sur une vieille plaque de tôle un petit cadeau pour Houssa et Saïda...
( J'ai toujours préféré la peinture sur rouille à la peinture sur soie... )

theiere_rouillee

Posté par thierrymurat à 11:40 - Commentaires [7] - Permalien [#]
mercredi 14 mars 2012

Orientalisme

delacroix_maroc

Je pars pour le Maroc demain ! Pour une dizaine de jours… Je suis invité là-bas dans le cadre d’un échange culturel entre le Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne (ma région) et la province d’El Hajeb (Moyen-Atlas).

A programme : rando dans la montagne avec un guide, une mule et mon carnet à dessin, aussi quelques pinceaux, encres, crayons de couleur… D’après ce que j’ai compris, je vais marcher à peu près dans le même coin que Delacroix, lors de son voyage en 1832 (L’image, ci-dessus, est extraite de ses célèbres carnets). J’espère me rapprocher là-bas, de la même énergie dans le trait et la couleur. Et surtout retrouver la même liberté ! J’ai mis de l’ocre et du bleu dans mon sac à dos. On verra bien si ça raconte...

De toute façon je vous raconterai !
Et peut-être que je vous montrerai quelques dessins s’ils ne sont pas trop moches.

A bientôt !

Posté par thierrymurat à 10:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 10 mars 2012

Épilogue

Mœbius est mort ce matin.
Tristesse...
Je viens de ressortir de mes étagères "son" Surfeur d'Argent qu'il avait repris à la fin des années 80, juste le temps d'un one-shot, un unique épisode intitulé Parabole. Bel épilogue que cette dernière page...

surfer_argent

Posté par thierrymurat à 14:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 15 février 2012

Toujours sur la route…

Angoulême, Dijon, Lyon… Train, avion, voiture. Je rentre juste. Ça fait du bien de se retrouver un peu au calme.
D’autant plus que les pages de mon prochain bouquin ne vont pas se faire toutes seules. Je parle du roman graphique que je suis en train de dessiner sur un texte de mon ami Rascal et qui devrait sortir chez Futuropolis fin 2012 ou tout début 2013… Ça va s’appeler « Au vent mauvais ».
Voici la page 13 (avant mise en couleur) où il est question de voyage en train, justement.

page

Posté par thierrymurat à 15:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
vendredi 20 janvier 2012

En route pour Angoulême 2012 !

Badge Agougou
Ça y est ! Je viens de recevoir mon « étiquette » .
Me voilà fin prêt pour la grand-messe de la bande dessinée.

Pour ceux que ça intéresse, je serai donc en dédicace à Angoulême
sur le stand Futuropolis uniquement :
> Le jeudi 26 janvier de 17h à 19h.

> Le vendredi 27 janvier de 11h à 13h et de 15h à 17h.

Il y aura aussi sur le stand Futuro plein de gens bien : David B, Igort,
Emmanuel Lepage, Hervé Tanquerelle, Emmanuel Moynot,
Jean-Claude Denis, Jean-Denis Pendanx, Christian Lax, Stéphane Oiry,
Jeff Pourquié, François Ravard, Joe Sacco, Edith, Etienne Davodeau...
Bref... La crème du gratin, comme d'hab...

A très bientôt, j'espère.

Posté par thierrymurat à 10:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 9 janvier 2012

Les dBD Awards 2012

dbd carton

Le magazine mensuel de bande dessinée dBD (dossiers de la Bande Dessinée), dirigé par Frédéric Bosser, a décerné ses prix annuels, le jeudi 5 janvier 2012 au soir à la galerie Artcurial, à Paris. Le magnifique dessin du carton d’invitation (ci-dessus) est signé Serge Clerc ! La classe totale…

logo awards
Parmi la dizaine de prix, je suis heureux et fier de vous annoncer celui-là ! Meilleure adaptation littéraire : « Les larmes de l’assassin », par Thierry Murat (d’après Anne-Laure Bondoux), éditions Futuropolis.

> Pour voir le palmarès complet des dBD Awards 2012, c’est par ici :

livrehebdo

Posté par thierrymurat à 11:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
samedi 24 décembre 2011

C’est Noël… Alors c’est cadeau !


Qui a dit, cette année, que Radiohead était fini ? Plus bons à rien... Qu’ils faisaient semblant d’être des têtes chercheuses, ou que sais-je encore, comme méchancetés... Allez, c’est pas grave. On va faire comme si on avait rien entendu. Joyeux Noël à tous avec ce somptueux moment de grâce dans l’émission de télé anglaise « From the basement » ! C'était en 2011. Et le titre du morceau c'est « Lotus Flower »...

Tiens… un 2ème batteur pour l'occasion ? (chauve aussi, mais avec des lunettes…) Il parait que c’est Clive Deamer… Oui, oui… le batteur de Portishead. Si c’est pas un beau cadeau de Noël, ça aussi !

Enjoy !

Raz le bol de Taratata ? Une seule adresse :
http://www.fromthebasement.tv

Posté par thierrymurat à 16:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
mercredi 14 décembre 2011

Vive nos libraires !

On nous le dit, on nous le rabâche : Les librairies sont une espèce en voie d’extinction. Même si le livre papier semble avoir encore quelques beaux moments à vire encore aux côtés du livre numérique, le réseau de diffusion et de distribution est en pleine mutation. On a vu disparaitre, les rémouleurs, les cordonniers et plus récemment les disquaires de quartier qui ont enchanté notre adolescence jusque dans les années 80 et 90...

Le passage de la TVA de 5,5 à 7 % pour le livre en début d’année prochaine, risque d’endommager gravement et irrémédiablement toute la chaîne du livre. Les premiers touchés par la hausse du prix du livre seront les lecteurs (comme toujours avec la TVA, c’est en bout de chaîne qu’on paie les pots cassés) et inévitablement nos amis libraires, qui vont voir leurs ventes baisser brutalement.

Lorsque toutes les librairies de quartier seront mortes, qui fera ce travail de conseil ? Qui nous fera part de ses coups de cœur avec autant d’émotion dans les yeux et dans la voix ? Qui nous prendra gentiment par la main pour nous amener vers des choses plus rares et plus précieuses que les piles du dernier Fauve d’or à Angoulême ou du dernier Goncourt qui s’entassent à côté du rayon électroménager et se vendent comme de simples produits de consommation courante ? Qui fera ce travail d’accompagnement au milieu de cette surproduction de livres ? Qui ? Les journalistes parisiens qui n’ont plus assez de place dans leur rubrique culturelle hebdomadaire ? PriceMinister ou Alapage avec leurs offres promotionnelles ? Amazon avec ses classements des meilleures ventes ?

Qui va rééduquer notre civilisation exclusivement marchande ?

Bref, je ne connais pas cette charmante libraire à « La cours des grands » de Metz… Je n’ai même jamais été à Metz. Mais, chère Cécile (je te tutoie parce que nous avons en commun ce livre que j’ai fait et que tu as lu) sache que ta petite vidéo trouvée par hasard sur la toile, m’a vraiment ému. Et pas seulement parce que tu parles de mon livre…

Cette manière de « vendre » des bouquins est tout simplement admirable. Ce qui me rassure, c'est que je sais de source sûre que tu n'es pas la seule à faire « ton travail » avec autant de générosité et de sincérité...

Merci.

Posté par thierrymurat à 11:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]